NOUVELLES
25/11/2016 20:31 EST | Actualisé 26/11/2017 00:12 EST

Début des élections parlementaires au Koweït

Les bureaux de vote ont ouvert samedi à 08H00 (05H00 GMT) au Koweït pour des élections législatives anticipées, provoquées par une fronde parlementaire contre le gouvernement et ses mesures d'austérité liées à la chute des revenus pétroliers.

Le scrutin, prévu pour durer 12 heures, met en compétition 293 candidats, dont 14 femmes, pour 50 sièges au Parlement.

Ces élections marquent le retour des groupes de l'opposition, dont les islamistes, qui observaient un boycott depuis quatre ans pour protester contre un amendement de la loi électorale.

L'émirat pétrolier du Koweït se targue d'avoir été la première des monarchies du Golfe à se doter d'un système parlementaire en 1962.

Le Parlement dispose de certains pouvoirs, notamment de contrôle sur le gouvernement et les ministres. Mais le pouvoir réel reste entre les mains de la famille des Al-Sabah, qui règne depuis 250 ans.

Ces élections anticipées font suite à la dissolution le 16 octobre du Parlement, provoquée par une dispute entre des députés et le gouvernement sur des mesures d'austérité et, en particulier, l'augmentation des prix des produits pétroliers.

La réduction des subventions gouvernementales a été perçue comme une remise en cause de l'Etat-providence et de nombreux candidats se sont emparés du sujet pendant la campagne électorale.

Le scrutin se déroule dans 100 bureaux de vote établis dans des écoles, avec des espaces distincts pour les hommes et pour les femmes.

Le ministère de l'Intérieur a mobilisé des milliers de policiers.

En juin 2015, 26 fidèles avaient été tués dans un attentat suicide contre une mosquée chiite, perpétré par un Saoudien lié au groupe jihadiste Etat islamique, l'attentat le plus meurtrier jamais commis au Koweït.

oh/ras/plh