NOUVELLES
25/11/2016 22:21 EST | Actualisé 26/11/2017 00:12 EST

Cuba en cinq points

Cuba, dirigée depuis dix ans par Raul Castro, a entamé fin 2014 un rapprochement historique avec les Etats-Unis, avec qui les relations étaient marquées par un antagonisme radical depuis la Révolution menée par Fidel Castro il y a un demi-siècle.

- Un demi-siècle de régime castriste -

Le 1er janvier 1959, Fulgencio Batista - au pouvoir depuis 1952 après un coup d'Etat - est renversé par les "barbudos" de Fidel Castro. Le "lider Maximo" établit une République socialiste sous la direction du PCC (parti unique fondé en 1965), dotée d'une Constitution en 1976.

Les Etats-Unis rompent les relations diplomatiques avec le nouveau régime dès 1961 et soutiennent une tentative ratée de débarquement de forces anticastristes dans la baie des Cochons. L'année suivante, la découverte de missiles soviétiques à Cuba conduit à la plus grave crise de la Guerre froide.

Le 31 juillet 2006, Fidel Castro, malade, demande à son frère Raul de le remplacer aux commandes de l'État. En février 2008, Raul Castro devient officiellement président de Cuba et, en avril 2011, assume également la direction du tout puissant PCC à laquelle Fidel a renoncé.

- Dégel historique -

Le 17 décembre 2014, Cuba et les États-Unis annoncent un rapprochement historique, qui tourne la page de plus d'un demi-siècle d'isolement diplomatique de l'île par Washington.

Le 20 juillet 2015, les deux pays rétablissent leurs relations diplomatiques et rouvrent leurs ambassades. Le 20 mars 2016, Barack Obama effectue à La Havane la première visite d'un président américain en exercice depuis la révolution castriste.

- Embargo et difficultés économiques -

Sous embargo américain depuis 1962, privée des subsides soviétiques depuis la désintégration de l'URSS en 1990, Cuba est devenue grandement dépendante du Venezuela, principal associé commercial et fournisseur de pétrole à des conditions très avantageuse.

La très grave crise que traverse le Venezuela, ainsi que la chute des cours des matières premières, ont fortement affecté l'économie de l'île.

La croissance, qui a atteint 4% en 2015, ne devrait être que de 2% cette année, selon les prévisions du gouvernement.

L'exportation de services (principalement l'envoi de coopérants médicaux) est la première source de revenus en devises de Cuba, avec quelque huit milliards de dollars par an, loin devant le tourisme (2,8 milliards).

Dans le cadre du dégel, Barack Obama a promis de soumettre la levée de l'embargo au Congrès. Mais les deux chambres sont dominées par les Républicains, pour l'instant majoritairement opposés à une telle mesure.

- Timide ouverture économique -

Raul Castro s'efforce, depuis 2006, de réformer graduellement le modèle économique cubain en accordant plus de place à l'initiative privée et à l'investissement étranger, tout en préservant les "acquis du socialisme" dans une économie encore contrôlée à 80% par l'Etat.

Les Cubains peuvent s'enregistrer comme travailleurs indépendants, l'achat et la vente de logements et d'automobiles sont autorisés.

- La plus grande île des Antilles -

D'une superficie de 110.860 km2, avec 6.073 km de côtes, Cuba (11,27 millions d'habitants) est la plus grande île des Antilles, située à 77 km à l'ouest de Haïti et à 180 km au sud des États-Unis.

L'île est découverte en 1492 par Christophe Colomb.

L'esclavage, aboli en 1886, a substitué une main-d'oeuvre noire à une population amérindienne rapidement décimée. Cuba est rattachée à la couronne d'Espagne jusqu'à la guerre d'indépendance (1895-1898), durant laquelle les États-Unis interviennent en faveur des insurgés.

Le Traité de Paris (décembre 1898) met fin à la domination espagnole mais l'indépendance définitive n'intervient qu'en 1901.

bur-ag/ka/pt