NOUVELLES
25/11/2016 08:28 EST | Actualisé 26/11/2017 00:12 EST

Tournée/France - Guirado: "Lâcher les coups"

Le XV de France devra "être prêt à lâcher les coups" dans les 22 mètres des All Blacks s'il veut avoir une chance de les battre samedi au Stade de France, a déclaré vendredi à la presse son capitaine Guilhem Guirado.

Question: Quel est l'état d'esprit des joueurs à la veille de rencontrer la Nouvelle-Zélande?

Réponse: "Beaucoup d'excitation avant un match qui s'annonce très copieux, de l'appréhension car on joue les meilleurs du monde. On sait qu'ils seront au top niveau, il faudra qu'on soit très précis. En début de semaine, il y a eu - même si on l'a évacuée depuis - beaucoup de frustration et de déception (après la défaite contre l'Australie, 23-25, ndlr). Lundi, j'ai dit, pour rebasculer sur une semaine très précise et soutenue au niveau de l'entraînement, que ce match était malheureusement perdu et qu'on ne pouvait pas revenir dessus, comme sur les dernières actions (non conclues victorieusement, ndlr). Et qu'il allait nous servir de leçon et nous permettre de prendre en compte ce qu'il fallait améliorer contre la Nouvelle-Zélande."

Q: Que faut-il améliorer?

R: "On a réussi à marquer de magnifiques essais, on a balayé le terrain, tout ce qu'on travaille, on a réussi à le mettre en place: c'est très bien. Après, il y a eu un peu de déception sur la défense: nous aurions pu être plus durs sur le premier plaquage, plus précis et patients. (...) La semaine d'entraînement a été copieuse, on a eu le souci du détail. Tant mieux, j'ose espérer que ça va nous permettre de faire un gros match demain (samedi, ndlr). Dès mardi, tous les mecs se sont investis comme jamais, on a fait de très bonnes séances, mais ça ne suffit pas. Il faut le faire samedi. C'est le match face aux meilleurs du monde. On sait que, si on veut avoir une chance de gagner, il va falloir exceller dans tous les secteurs, faire un exploit. Surtout, il faudra qu'on soit prêt à lâcher les coups sur les ballons qu'on aura dans leurs 22 mètres, car on a vu contre l'Australie que ça nous avait coûté cher."

Q: La déroute face aux All Blacks en quarts de finale de la Coupe du monde 2015 (13-62) est-elle oubliée?

R: "Sérieusement, c'était il y a très longtemps, on pourrait croire que c'était il y a dix ans. Beaucoup de choses se sont passées. Je n'y ai pas pensé une seule fois dans la semaine. On ne construit pas sur ce genre de match et sur ce qu'il s'est passé auparavant. C'est un tout autre match. On pourrait parler des heures et des heures de comment on s'était préparé, du fait que c'était une Coupe du monde mitigée, terminée sur une déculottée. Mais on est en construction, on essaie de se concentrer sur nous-mêmes. Il faudra être capable d'encaisser leurs grosses séquences et croire en nous, en notre jeu qui nous permet de trouver des solutions et surtout d'avoir la main sur le ballon."

Propos recueillis en conférence de presse

nk/lrb