DIVERTISSEMENT
25/11/2016 02:37 EST | Actualisé 25/11/2016 02:39 EST

Réal Béland: fini, le «King des ados» (ENTREVUE)

Courtoisie Réal Béland

Réal Béland vieillit, et ses personnages aussi : dans son prochain spectacle, Faire semblant, qu’il commence à roder dès samedi, l’humoriste ne ramènera pas son célèbre personnage du King des ados, qui était pourtant présent dans son dernier one man show, Une autre planète.

La raison de cette élimination? Béland s’estime désormais trop vieux pour jouer les gamins aux fonds de culottes qui traînent par terre et au vocabulaire parsemé de «Genre» et de «Sérieux»…

«Il est mort, le King. Il est vraiment mort», confirme Réal Béland, en entrevue au Huffington Post Québec.

«Si j’avais un méga flash, je ne dirais pas non. Mais je ne me vois plus, moi, en tant qu’interprète du King des ados. Je pourrais être son père!», rigole-t-il.

Par contre, Réal Béland n’écarte pas la possibilité de, justement, exploiter ce filon du père du King des ados. L’inspiration lui est d’ailleurs à portée de main, lui qui est papa de quatre adolescentes.

Sinon, dans Faire semblant, Réal Béland fera revivre son légendaire Monsieur Latreille et ses taquineries au téléphone, qu’il adore encore jouer, ainsi que l’animatrice du Sexe est dans l’enveloppe.

«Les autres personnages, je ne sais pas, hasarde-t-il. Il va y en avoir de nouveaux. Il y a aura plus de gros numéros visuels et physiques, au moins un, peut-être deux.»

Côté effets spéciaux, les spectateurs avaient eu un aperçu du genre de folie que Réal aime se payer dans sa dernière tournée, alors que la firme Moment Factory avait conçu une application permettant au public d’interagir avec lui en temps réel pendant sa prestation.

Mais, au-delà des fantaisies, dans Faire semblant, le déjanté artiste compte beaucoup miser sur le stand up, un art qu’il affectionne de plus en plus. La publicité, les réseaux sociaux et le vieillissement sont au nombre des thèmes qu’il souhaite aborder.

«Mon précédent spectacle, Une autre planète, était plus concept, détaille-t-il. Chaque personnage avait sa planète, j’avais la mienne. Celui-là va être plus simple. Je vais continuer à faire beaucoup de stand up ; j’en faisais environ 50 minutes dans le dernier show. C’est très personnel, je parle d’anecdotes de ma vie. J’ai des réflexions sur le monde, les gens qui sont phoney, qui font semblant, à tous les niveaux, dans toutes les sphères. Je parle même des animaux qui font semblant! Je traite aussi beaucoup de ce qui me tombe sur les nerfs. Plus on vieillit, plus on devient irrité par plein d’affaires, et tout finit par nous tomber sur les nerfs!»

Pas de «rentrée»

Faire semblant sera le quatrième one man show de Réal Béland, qui en avait aussi offert deux en tandem avec son complice Stéphane Lefèvre à la fin des années 1980, dont l’un s’intitulait Pouding au rire. Au début des années 2000, il lançait son premier solo, et n’a jamais pris de retraite de la scène depuis.

Et l’homme, qui produit lui-même ses projets, mène sa carrière comme il l’entend. Par exemple, avec Faire semblant, il ne prévoit pas convier le gratin artistique et les médias à une grande première avec tapis rouge pour souligner sa rentrée montréalaise, comme le veut la coutume chez les humoristes.

«Je ne fais pas de rentrée nulle part, ricane Réal Béland. Je ne fais pas de première. Je ne comprends pas à quoi ça sert, après 30 ans de carrière, rendu à mon quatrième show. Les journalistes vont pouvoir venir le voir quand ils vont vouloir.»

Déjà actif à présenter son nouveau matériel en salles, Réal Béland entamera une véritable tournée de rodage, avec décors, costumes et accessoires, au printemps, en commençant par sillonner l’Ontario, et passera ses week-ends de l’été 2017 au Cégep de Gatineau. Au début 2018, l’affiche Réal Béland en rodage laissera place à la pancarte officielle de Faire semblant. Les curieux qui voudront applaudir cette version «officielle» du spectacle pourront notamment le faire à la Salle Albert-Rousseau de Sainte-Foy, le 6 janvier 2018, et au Théâtre St-Denis, à Montréal, le 21 avril 2018. Le calendrier de tournée complet de Réal Béland est disponible sur son site web.

Repenser les Olivier

Au même moment où il annonce la mise en branle de Faire semblant, Réal Béland présente le DVD d’Une autre planète, sa précédente œuvre, qu’il a cessé de tourner en juin dernier. Très bien accueillie par le public – elle a été acclamée sur la route pendant plus de trois ans -, cette mise en scène s’était néanmoins attiré des critiques dures lors de son dévoilement, au printemps 2013. Est-ce à dire que les journalistes n’ont peut-être pas le pouvoir que certains leur accordent, et qu’une production puisse quand même faire mouche malgré des commentaires acerbes?

«Je n’avais pas l’impression que c’était un mauvais show, j’avais le sentiment que c’était mon meilleur, avance Réal Béland, nullement amer. Ça va faire 30 ans que je fais ça ; je ne crois pas que les gens qui me détestent vont commencer à m’aimer, et que les gens qui m’aiment vont commencer à me détester! Les gens me connaissent, et je ne pense pas que les critiques vont influencer ceux qui veulent voir mon show. On donne toujours notre maximum ; ça fait un an et demi que j’écris celui-là, et je vais être en rodage pendant huit mois. C’est comme polir une pierre pendant deux ans.»

«Ça reste de l’humour, on aime ou on n’aime pas. Je me dis toujours qu’il y a 50% des gens qui aiment ce qu’on fait. C’est comme en musique, on ne peut pas acheter tous les albums», ajoute sagement le créateur.

Aussi producteur du docu-réalité Belle ordure, que diffusera Historia en janvier, metteur en scène du premier one man show de Phil Roy, qu’on découvrira après les Fêtes, et collaborateur à Éric et les fantastiques, à Énergie, Réal Béland vit en outre une grande nouveauté cette année, lui qui vient de se joindre au conseil d’administration de l’Association des professionnels de l’industrie de l’humour (APIH).

Après avoir sévèrement critiqué l’organisation, qui est notamment derrière le Gala les Olivier, Béland a choisi de s’y rallier pour apporter des solutions. Au programme des discussions, entre autres : repenser le Gala les Olivier, qui ne fait plus l’unanimité au sein de son industrie depuis quelques années.

«Ce sont mes chums qui sont là. Guy Lévesque, le président, m’a appelé personnellement, en me disant : «Au lieu de chialer partout, viens donc chialer dans le conseil!» Je pense qu’on a besoin de se poser la question, à savoir à quoi on sert. On est tous sur la même longueur d’ondes. On veut que les humoristes servent à quelque chose.»

Déjà, une nouveauté a été établie : le Gala les Olivier, maintenant présenté en décembre, sera précédé d’une émission spéciale retraçant les moments importants du monde de l’humour de l’année précédente. On reviendra aussi sur les instants mémorables qui ont jalonné les Olivier au fil des ans.

«On essaie de trouver des idées pour que ça devienne rentable. C’est mon petit côté producteur», s’amuse Réal Béland.

Les billets pour Faire semblant, de Réal Béland, sont en vente à compter d’aujourd’hui même, et le DVD Une autre planète, qu’il a lui-même réalisé, est déjà sur les tablettes.

À VOIR AUSSI:

INOLTRE SU HUFFPOST