NOUVELLES
25/11/2016 07:19 EST | Actualisé 26/11/2017 00:12 EST

Le Mozambique renforce son arsenal contre le trafic des espèces protégées

Le Mozambique a décidé de renforcer son arsenal dans la lutte contre le trafic d'espèces animales ou végétales protégées en aggravant les peines de prison infligées aux contrebandiers, a-t-on appris vendredi de source ministérielle.

Le Parlement mozambicain a voté mercredi une série d'amendements en ce sens, qui prévoient de punir jusqu'à douze et seize ans de réclusion les membres de réseaux criminels impliqués dans le commerce illégal de l'ivoire, des cornes de rhinocéros ou du bois, a précisé la même source.

Cette initiative vise à corriger la loi sur la biodiversité en vigueur depuis 2014, qui ne permettait pas de lutter efficacement contre les trafics à grande échelle.

"Jusque-là, les trafiquants n'étaient pas poursuivis pour le simple fait d'être en possession d'espèces protégées, il fallait d'autres raisons comme le port illégal d'armes", a expliqué à l'AFP Bartolomeu Soto, directeur de l'Agence nationale des aires de conservation (ANAC) rattachée au ministère de l'Environnement.

Au Mozambique, les individus arrêtés en possession de cornes de rhinocéros, de défenses d'éléphants, de dents ou de griffes de lions s'en sortent généralement avec de simples amendes.

"Le manque de sanctions incluant des peines de prison contre les détenteurs d'espèces protégées favorise les criminels et perpétue le massacre des espèces protégées", a plaidé mercredi devant les députés le ministre de l'Environnement Celso Correia, cité par l'agence mozambicaine de presse (AIM).

"Cette loi est un pas fondamental", s'est réjoui auprès de l'AFP Alastair Nelson, directeur de l'ONG américaine Wildlife Conservation Fund au Mozambique.

"Mais elle exige un engagement avéré des organismes gouvernementaux chargés de l'appliquer activement", a prévenu M. Nelson.

Le trafic des espèces animales s'est récemment considérablement intensifié, avec un chiffre d'affaires mondial désormais estimé à 20 milliards de dollars par an.

aba/pa/