NOUVELLES
25/11/2016 10:11 EST | Actualisé 26/11/2017 00:12 EST

La frustration de Brian Pallister envers le fédéral augmente

Le premier ministre du Manitoba, Brian Pallister, durcit le ton avec Ottawa alors que sa liste de préoccupations avec le gouvernement fédéral grandit.

Le premier ministre manitobain était en compagnie de représentants de l’industrie aéronautique de la province jeudi lorsqu’il a pointé du doigt le gouvernement fédéral pour son programme appelé « l’usine de l’avenir ».

En 2011 et en 2015, Ottawa avait promis que Winnipeg serait l’une des quatre villes canadiennes à recevoir un centre de recherche qui travaillerait étroitement avec le secteur privé sur la numérisation du procédé industriel. Brian Pallister souligne que les trois autres sites, en Ontario et au Québec, sont déjà en construction, mais l’usine du Manitoba est loin d’être commencée.

Le premier ministre manitobain dit n’obtenir aucune réponse du fédéral, ce qui lui fait dire que l’usine de recherche et de manufacture de 60 millions de dollars et de 2265 mètres carrés est menacée.

Sous le gouvernement de Stephen Harper, Ottawa s’était engagé à verser 10 millions de dollars pour la mise à niveau des trois usines de l’est du pays, mais Winnipeg s’était fait promettre une usine toute neuve.

Il semble cependant que les choses commencent à bouger dans ce dossier. En septembre, le gouvernement fédéral a accordé un contrat d’architecture et d’ingénierie à deux entreprises winnipégoises relativement à « l’usine de l’avenir ».

Un porte-parole du fédéral a expliqué jeudi soir dans une déclaration écrite que l’usine de Winnipeg avançait au même titre que celles de Montréal, London et Ottawa.

« Le Conseil national de recherches Canada (CNRC) a fait du travail en amont et les vérifications préalables qui s’imposent pendant la phase de définition du projet, peut-on lire dans la déclaration. Le CNRC travaille étroitement avec tous les acteurs afin de déterminer un emplacement adéquat pour la nouvelle construction de Winnipeg et le CNRC continue de garder la province informée des développements. »

Un porte-parole du gouvernement provincial explique que le site n’a pas encore été proposé et que peu de progrès ont été faits depuis l’annonce.

« Il n’y a eu aucune réponse significative, seulement du bavardage », a indiqué Brian Pallister jeudi.

Un revers pour le Manitoba

Les commentaires de Brian Pallister viennent après une décision d’Ottawa cette semaine sur l’achat d’avions de combat. Il croit que cette décision pourrait laisser la province les mains vides.

Le ministre de la Défense, Harjit Sajjan, a annoncé mardi que le gouvernement fédéral procéderait à l’achat de 18 avions de combat Super Hornet de la compagnie Boeing.

Brian Pallister a qualifié la décision de « véritable revers pour la province du Manitoba » et a dit être très préoccupé.

En réponse au premier ministre manitobain, M. Sajjan a expliqué dans un quotidien de Winnipeg qu’il était surpris de la réponse de Brian Pallister sur l’achat des avions parce que Boeing détient une usine au Manitoba. Mais ce dernier refuse de bouger.

« J’ai été clair, je ne suis pas d’accord avec la décision », souligne M. Pallister.

Brian Pallister veut qu’Ottawa respecte ses engagements et il espère que l’achat des Super Hornets ne compromettra pas le projet « d’usine du futur ».