NOUVELLES
25/11/2016 08:24 EST | Actualisé 26/11/2017 00:12 EST

L'ex-Première dame du Pérou bénéficiera de l'immunité à l'ONU Genève

L'ancienne Première dame du Pérou, Nadine Heredia, visée par une enquête pour blanchiment d'argent, va bénéficier d'une immunité grâce à son nouveau poste dans une agence des Nations unies à Genève, a indiqué vendredi une porte-parole de l'ONU.

"Les privilèges et les immunités sont étendus au personnel de toutes les agences de l'ONU et aux employés des agences spécialisées dans l'exercice de leurs fonctions", a déclaré la porte-parole Alessandra Vellucci dans un communiqué.

Elle réagissait aux questions des journalistes concernant la nomination de Mme Heredia au poste de directrice du bureau de représentation de la FAO (Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture) au siège de l'ONU à Genève.

Cette décision a déclenché une protestation officielle du Pérou, où l'ex-président Ollanta Humala et son épouse font l'objet d'une enquête judiciaire.

Le couple est poursuivi pour blanchiment d'1,5 million de dollars, des avoirs transférés depuis le Brésil et le Venezuela pour les campagnes présidentielles de M. Humala en 2006 et 2011 et qui n'auraient pas été déclarés. Ils encourent une peine de 8 à 15 ans de prison.

"Cette décision peut être interprétée comme une interférence dans une enquête judiciaire en cours au Pérou", a estimé mardi le ministère des Affaires étrangères péruvien dans un communiqué.

Mme Vellucci, qui n'a pas voulu s'exprimer sur le choix de la FAO en faveur de Mme Heredia, a expliqué que l'immunité et les privilèges dont bénéficie le personnel des agences de l'ONU, sont accordés par les autorités suisses, aux termes d'un accord spécial conclu avec les Nations unies.

L'ancien président Humala, qui a quitté ses fonctions en juillet, est interdit de sortie du territoire péruvien.

Mme Heredia a, quant à elle, été autorisée par un juge à quitter le pays.

apo-nl-gca/abk