NOUVELLES
25/11/2016 00:37 EST | Actualisé 26/11/2017 00:12 EST

Hong-Kong: charge de l'ex-gouverneur Patten contre l'indépendantisme

Le dernier gouverneur britannique de Hong Kong Chris Patten a fustigé vendredi le mouvement indépendantiste hongkongais, estimant qu'il desservait le combat pour davantage de démocratie dans le territoire rendu à la Chine en 1997.

M. Patten a réaffirmé qu'il soutenait pleinement le mouvement luttant pour plus de démocratie à Hong Kong, mais accusé les militants indépendantistes de tourner cette lutte en dérision.

Il a tenu ces propos au moment où deux jeunes élus au Conseil législatif (LegCo, le "parlement" de l'île) ont fait appel de leur disqualification liée à l'invalidation de leur prestation de serment.

Yau Wai-ching et Baggio Leung, élus en septembre, s'étaient drapés dans une bannière proclamant que "Hong Kong n'est pas la Chine" et avaient également refusé de prononcer correctement le mot "Chine".

S'en étaient suivies plusieurs semaines de chaos au LegCo, qui avaient précipité l'intervention de l'Assemblée nationale populaire chinoise laquelle, dans une interprétation exceptionnelle de la Loi fondamentale, la mini-constitution hongkongaise, avait jugé que les deux jeunes élus ne pouvaient être autorisés à prêter de nouveau serment.

"Il serait malhonnête, déshonorant et insensé de ma part d'avancer que le combat pour la démocratie va de pair avec un discours pour l'indépendance de Hong Kong", a déclaré M. Patten lors d'une conférence au Club des correspondants étrangers de Hong Kong.

M. Patten était le gouverneur britannique du territoire quand il a été rendu à la Chine en 1997 au terme d'un accord avec Londres qui garantit sur le papier un haut niveau d'autonomie à Hong Kong jusqu'en 2047.

Or beaucoup de Hongkongais craignent que Pékin ne soit en train de durcir son emprise sur le petit territoire.

S'il s'est dit fermement attaché à l'aspiration démocratique hongkongaise, M. Patten a raillé les "singeries" du camp indépendantiste.

"Beaucoup de personnes qui sont d'accord avec eux sur les questions démocratiques ne se mêleront pour rien au monde de ces sujets indépendantistes", a-t-il poursuivi. "Prêter serment n'est pas une plaisanterie."

L'ancien gouverneur a estimé que des activistes qui avaient gagné le respect et l'attention de la communauté internationale lors des grandes manifestations de 2014 risquaient de tout perdre avec le discours indépendantiste.

Beaucoup des leaders du "Mouvement des parapluies", qui n'était pas parvenu à faire bouger Pékin d'un ioté, ont aujourd'hui un discours d'autodétermination.

M. Patten a déclaré à l'AFP que les chefs de file des "Parapluies" devaient plutôt viser des objectifs à court terme, comme la réforme du comité pro-Pékin qui désigne le chef de l'exécutif hongkongais, ou encore une meilleure représentation démocratique au sein du LegCo.

lm/fa/jac/ia