NOUVELLES
25/11/2016 08:39 EST | Actualisé 26/11/2017 00:12 EST

Dopage - JO-2008/2012: 7 nouveaux disqualifiés, dont deux champions olympiques

Sept nouveaux athlètes dont un double champion olympique d'haltérophilie, le Kazakh Ilya Ilin et la Bélarusse Aksana Miankova, sacrée au marteau à Pékin, ont été disqualifiés pour dopage aux JO de Pékin en 2008 et Londres en 2012, a annoncé vendredi le CIO.

L'haltérophilie qui représente près de la moitié des nouveaux cas annoncés depuis plusieurs semaines par le CIO est encore durement touchée.

Cette fois c'est le double champion olympique de Pékin et Londres, le Kazakh Ilya Ilin (94 kg), positif à chaque fois à un stéroïde, qui doit rendre ses deux deux médailles d'or.

Athlète précoce, Ilin, 28 ans, avait été désigné haltérophile de l'année par la Fédération internationale (IWF) en 2005, 2006, 2014 et 2015.

Le podium des JO de Londres en 94 kg est donc totalement annulé puisque lundi le CIO avait annoncé la disqualification du médaillé d'argent, le Russe Alexandr Ivanov et du médaillé de bronze, le Moldave Anatoli Ciricu.

Une autre haltérophile a été épinglée, Boyanka Kostova (Azerbaïdjan), 5e à Londres en 58 kg.

La championne olympique du marteau à Pékin, la Bélarusse Aksana Miankova, positive à un stéroïde devra également rendre sa médaille d'or.

L'athlète de 34 ans, également déclarée positive à un stéroïde aux JO de Londres où elle avait terminé 7e, est là aussi disqualifiée.

Les Bélarusses Natallia Mikhnevich, médaillée d'argent au poids à Pékin et Pavel Lyzhyn, 4e chez les hommes au poids à Pékin sont également disqualifiés, tout comme leur compatriote Nastassia Mironchyk-Ivanova, 7e à la longueur à Londres.

Ces disqualifications interviennent à la suite de nouvelles analyses d'échantillons prélevés lors de JO de Pékin et Londres.

Le nom des athlètes qui vont récupérer les médailles n'a pas été annoncé par le CIO.

Au total, sur les Jeux de Pékin 2008 et de Londres 2012, le CIO a déjà fait réanalyser 1.243 échantillons grâce à des méthodes scientifiques qui ont évolué depuis et sur la base d'informations ciblées recueillies depuis l'été 2015.

Le dopage est un sujet plus brûlant que jamais dans l'olympisme. Avant les JO-2016 à Rio, un gigantesque scandale de dopage d'Etat a ainsi privé la Russie de plus de 110 sportifs, dont la quasi-totalité de ses athlètes.

Les rouages de ce système de dopage d'Etat avaient été dévoilés par un rapport commandé par l'Agence mondiale antidopage (AMA) au juriste canadien Richard McLaren. La seconde partie de son rapport sera rendue publique le 9 décembre à Londres.

ebe/jcp