POLITIQUE
25/11/2016 02:47 EST | Actualisé 25/11/2016 04:30 EST

Stéphane Dion défend à nouveau la mission de Kathleen Wynne au Moyen-Orient

... et le contrat de 23 000$ payé par Ottawa.

OTTAWA – Le gouvernement Trudeau s’est trouvé de nouveau sous les feux de la rampe, vendredi, en raison d’un contrat de 23 000$ en soutien à la mission de la première ministre de l’Ontario Kathleen Wynne au Moyen-Orient ce printemps.

Le Huffington Post Québec a révélé plus tôt cette semaine qu’Ottawa avait signé un contrat de 23 399,87 $ avec la firme israélienne Ben Horin & Alexandrovitz pour assurer la « préparation, mise en œuvre et le suivi » d'un voyage en Israël de la première ministre Wynne et de sa délégation en mai dernier.

Ce montant a fait bondir les conservateurs, qui ont accusé les libéraux fédéraux de fournir des ressources à l’Ontario en raison des liens étroits entre le premier ministre Justin Trudeau et la première ministre Wynne. Cette dernière avait fait campagne pour le chef libéral lors des dernières élections fédérales.

« Sérieusement, n’importe qui peut avoir un gars en relations publiques financé par les libéraux? Il n’est pas étonnant qu’ils n’ont aucun espoir d’équilibrer le budget. Pourquoi est-ce que le ministre [des Affaires étrangères] n’admet pas que Kathleen Wynne a obtenu l’argent parce qu’elle est libérale? » a demandé la députée conservatrice Karen Vecchio, lors de la période de questions vendredi.

« Monsieur le président, il s’agit d’un service qui est disponible, disons-le, à n’importe quelle province de n’importe quelle orientation politique, bien sûr », a répliqué le ministre des Affaires étrangères, Stéphane Dion, avant de déclarer que la mission de Mme Wynne a permis de conclure 44 accords commerciaux d’une valeur totale de 180 millions de dollars et de créer 200 emplois en Ontario.

LIRE AUSSI : Les libéraux fédéraux «ravis» d'avoir financé une partie de la mission de Kathleen Wynne au Moyen-Orient

« Est-ce que la députée suggère que nous ne devrions pas aider nos provinces à accéder aux marchés commerciaux à l’étranger? Israël a retiré des bénéfices de cette visite. Est-ce que la députée suggère que nous devrions affaiblir nos liens avec Israël? » a poursuivi le ministre Dion.

Affaires mondiales Canada maintient que « le contrat [de 23 000$] faisait partie d’une stratégie de communication plus vaste » et « ne visait pas uniquement à soutenir la visite de la première ministre de l’Ontario ».

L’aide a été accordée en l’absence de l’officier principal des affaires publiques afin de soutenir les communications générales de l’ambassade canadienne en Israël, précise la porte-parole Kristine Racicot.

Qui plus est, Ottawa partage régulièrement ses ressources avec des délégations provinciales ou des maires de villes canadiennes, explique Chantal Gagnon, l’attachée de presse du ministre Dion.

La semaine dernière seulement, le maire de Montréal Denis Coderre, le maire de Toronto John Tory et le ministre des Finances de la Colombie-Britannique Michael de Jong, entre autres, étaient en Israël pour une mission économique. Ils ont eux aussi bénéficié de l’aide du fédéral, dit-elle.