NOUVELLES
25/11/2016 08:44 EST | Actualisé 26/11/2017 00:12 EST

David Baazov assure qu'il détient 3,45 milliards $ US pour privatiser Amaya

MONTRÉAL — Le fondateur et ancien chef de la direction d'Amaya a assuré vendredi qu'il détenait toujours des engagements financiers totalisant 3,45 milliards $ US de la part de deux investisseurs de Hong Kong pour son offre de rachat de la société de jeu en ligne.

Ce montant est inférieur de 200 millions $ US à celui annoncé dans le plan présenté la semaine dernière par David Baazov. Une des firmes identifiées comme partenaires financiers dans la proposition originale a révélé cette semaine qu'elle n'avait pas, en fait, l'intention d'appuyer l'offre de rachat de M. Baazov.

L'homme d'affaires, qui dirige un groupe qui offre 24 $ CAN par action d'Amaya, a déposé vendredi un nouveau document aux autorités réglementaires américaines dans lequel la liste des quatre bailleurs de fonds a été révisée pour exclure la firme de Dubaï KBC Aldini Capital. Ferdyne Advisory a aussi été retiré de la liste, sans explication.

Selon le nouveau document, les firmes Head & Shoulders Global Investment Fund et Goldenway Capital, toutes deux de Hong Kong, ont signé des lettres d'intention contraignantes d'une valeur totale de 3,45 milliards $ US.

Le document, déposé auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis, ne précise pas combien d'argent fournira chacun des deux investisseurs. On y admet en outre que la lettre d'engagement reçue pour le compte de KBC Aldini Capital a été transmise sans le consentement ou l'approbation de KBC.

M. Baazov avait reconnu mercredi que KBC ne s'était pas engagée à participer au financement de l'offre, mais qu'il avait toujours l'intention d'acquérir Amaya en vertu de l'offre présentée le 14 novembre.

M. Baazov détient déjà une participation de 17,2 pour cent dans Amaya (TSX:AYA).