NOUVELLES
24/11/2016 08:36 EST | Actualisé 25/11/2016 05:55 EST

La conduite en état d'ébriété peut coûter très cher

La période des fêtes est entamée, et du même coup se mettra en branle dès demain la 33e campagne de l’Opération Nez Rouge. Le CAA-Québec a tenu aujourd’hui à souligner le début des opérations du service de raccompagnement qui se poursuivra jusqu’au 31 décembre, tout en rappelant aux automobilistes les conséquences de se faire pincer en état d’ébriété au volant de sa voiture.

Malgré toutes les campagnes de sensibilisation, il y a encore 15 000 automobilistes qui perdent leur permis chaque année au Québec, car ils ont conduit avec les facultés affaiblies. Le CAA-Québec a tenu à rappeler qu’il n’y a pas que les dangers que l’on pose à soi-même ainsi qu’aux autres qui devraient nous inciter à ne pas conduire quand nous avons bu, mais également les conséquences financières du geste qui sont, il faut l’avouer, loin d’être négligeables.

En effet, pour une première condamnation pour conduite en état d’ébriété, les frais encourus s’élèveraient à environ 6 000 $ pour le fautif. Il y a tout d’abord une amende minimale de 1 000 $, puis il y a tous les frais associés au remorquage et au remisage du véhicule. Viendront ensuite tous les frais juridiques, puis les frais associés à une participation obligatoire à un programme qui vise à évaluer nos comportements face à l’alcool afin de déterminer si nous pouvons reprendre le volant de façon sécuritaire.

Une contribution supplémentaire de 300 $ sera exigée par la SAAQ au moment d’obtenir notre permis de conduire, et en moyenne le coût de notre assurance auto sera trois fois plus élevé après une condamnation pour alcool au volant, peu importe notre âge.

LIRE AUSSI:

» Le Québec sera plus sévère avec les textos au volant

Il ne faut pas oublier non plus les frais juridiques encourus suite à notre arrestation, et la possibilité de nous voir imposer l’installation d’un antidémarreur éthylométrique, une dépense d’environ 1 300 $ pour un an.

Tout cela est sans compter les conséquences professionnelles reliées à la suspension immédiate de notre permis pendant une période de 90 jours.

Plusieurs services sont disponibles pour nous aider à éviter toutes ces dépenses, et surtout pour s’assurer que nous revenons à la maison en un morceau. Outre l’Opération Nez Rouge, le CAA-Québec offre aussi un service de raccompagnement, tout comme Tolérance Zéro et Point Zéro 8. Ce qui compte, c’est d’avoir un plan avant le début d’une soirée bien arrosée. Ce faisant, nous pourrons en profiter pleinement sans mettre notre vie, ou notre portefeuille, en danger.