NOUVELLES
19/11/2016 06:44 EST | Actualisé 20/11/2017 00:12 EST

Pologne : des dizaines de milliers de personnes dans la rue contre la réforme de l'éducation

Plusieurs dizaines de milliers de personnes, surtout des enseignants de toute la Pologne, ont manifesté samedi à Varsovie contre une vaste réforme de l'éducation préparée par le gouvernement conservateur, a constaté une journaliste de l'AFP.

"J'appelle la Première ministre Beata Szydlo et son gouvernement à ne pas détruire l'acquis" de l'école polonaise, a lancé le chef du principal syndicat d'enseignants ZNP Slawomir Broniarz, acclamé par les manifestants munis de sifflets, cornes de brume et clochettes.

Réunis sous la pluie sur l'une des principales places du centre de Varsovie, la place Pilsudski, ils ont scandé "Non au chaos dans les écoles", après les interventions d'enseignants, de parents d'élèves, députés d'opposition, maires et autres responsables de collectivités locales et de jeunes gens sortis avec succès du système actuel.

Selon les organisateurs, 50.000 personnes ont participé à la marche et selon la mairie, plus de 30.000 personnes. Certains ont déversé des morceaux de craie devant le parlement.

Ce projet vise à remplacer l'actuel système d'éducation à trois niveaux (école primaire, collège et lycée), par un système à deux niveaux ce qui entrainera la liquidation des collèges.

Outre la suppression de milliers d'emplois, les enseignants craignent une profonde réforme des programmes d'enseignement, censés s'orienter davantage, selon eux, vers des "valeurs patriotiques", cheval de bataille du gouvernement conservateur de Droit et Justice (PiS).

Condamnant d'avance le "chaos" qu'apportera, selon lui, la réforme, M. Broniarz a souhaité l'émergence d'un "vaste front social" contre le projet de la ministre de l'Education Anna Zalewska.

"Cette réforme a pour but juste de supprimer les collèges. Nous tous, on est absolument contre ça, les collèges sont une réussite, ils sont bien préparés et devraient rester", a déclaré Bozena Ludna, directrice du collège de Glucholazy (ouest de la Pologne) venue avec ses collègues vêtues de drapeaux polonais et européens.

"Le premier pas aujourd'hui est de changer les structures, le second sera de s'attaquer aux programmes, qui seront concentrés sur le passé de la Pologne, et non l'avenir. c'est une erreur de s'enfermer dans des mythes nationaux et ne pas avancer dans l'avenir, vers une société ouverte à l'Europe", s'est indigné de son côté Jan Skrzypek, enseignant en arts plastiques dans une collège de Varsovie.

Au pouvoir depuis un an le gouvernement conservateur de Beata Szydlo est confronté a une forte pression de la société civique notamment contre les projets de durcissement de la loi anti-avortement ou dans le conflit autour du Tribunal Constitutionnel.

mc/ib