NOUVELLES
19/11/2016 05:51 EST | Actualisé 20/11/2017 00:12 EST

Le Bangladesh refoule 125 Rohingyas tentant de fuir les violences en Birmanie

Les garde-côtes bangladais ont annoncé samedi avoir empêché 125 membres de la minorité musulmane rohingya de Birmanie, qui tentaient de fuir des violences dans l'ouest de leur pays, de pénétrer au Bangladesh.

Les autorités patrouillant le long de la rivière Naf, séparant la frontière sud-est du Bangladesh de l'ouest de la Birmanie, ont refoulé un groupe de Rohingyas qui cherchaient à entrer dans le pays vendredi soir, a déclaré à l'AFP un responsable des garde-côtes Nafiur Rahman.

"Il y avait 125 citoyens birmans, dont 61 femmes et 36 enfants, dans sept embarcations en bois. Nous les avons empêchés de traverser nos eaux territoriales", a-t-il dit à l'AFP, précisant que tous les passagers étaient des Royingyas.

Un autre garde-côtes a ajouté qu'il avait vu deux corps flottant dans cette rivière lors d'une patrouille, sans plus de précisions.

Quelque 30.000 personnes ont été déplacées par les violences qui ont fait des dizaines de morts depuis octobre dans l'Etat Rakhine, dans l'ouest de la Birmanie où se concentre la minorité rohingya, a annoncé l'ONU vendredi.

L'armée birmane mène des opérations dans cette région, où vivent un grand nombre de membres de cette minorité musulmane, à la suite d'attaques meurtrières début octobre contre des postes de police.

Elle est accusée de graves abus contre la minorité musulmane, du viol des femmes au meurtre de civils, des accusations difficiles à vérifier de source indépendante, l'accès à la région étant filtré par les autorités, et l'accès aux journalistes y étant interdit.

Ces violences constituent un défi pour Aung San Suu Kyi et son gouvernement, premier exécutif civil en Birmanie depuis des décennies.

Des dizaines de milliers de Rohingyas vivent dans des camps de déplacés depuis des affrontements meurtriers entre bouddhistes et musulmans en 2012.

sa/ds/aph/abk/ib