NOUVELLES
19/11/2016 05:37 EST | Actualisé 20/11/2017 00:12 EST

Kurdistan irakien: accrochages entre des manifestants et la police

Des enseignants et des militants ont eu des accrochages avec les forces de sécurité samedi à Souleimaniyeh, principale ville du sud de la région autonome du Kurdistan irakien (nord), lors d'une manifestation contre les salaires impayés des fonctionnaires.

Plus de 5.000 personnes se sont rassemblées devant le bâtiment du ministère régional de l'Education et ont marché jusqu'au quartier général du parti de l'Union patriotique du Kurdistan (UPK), première force politique dans le sud du Kurdistan.

L'UPK est le rival du parti démocratique du Kurdistan (PDK) de Massoud Barzani, président de la région autonome depuis 2005, au pouvoir à Erbil.

"Où sont les salaires des employés, toi gouvernement corrompu?", ont notamment scandé les protestataires.

"Où vont les revenus du pétrole ?", ont-ils également demandé, accusant l'UPK et le PDK d'être impliqués dans la corruption.

"Je ne fais pas confiance au gouvernement quand il dit que la région souffre d'une crise financière", a indiqué Sara Rahim, une enseignante de 40 ans qui dit n'avoir plus été payé depuis des mois.

Les organisateurs de la manifestation ont indiqué à l'AFP que les protestations continueront dimanche et que les fonctionnaires poursuivaient leur grève.

Les fonctionnaires du Kurdistan, une province riche en pétrole située dans le nord de l'Irak, ont observé plusieurs mouvements de grève depuis l'an dernier, quand la région autonome a fait face à une importante crise financière à cause de la chute des prix du pétrole et du coût de la lutte contre le groupe Etat islamique (EI).

Les forces de sécurité du Kurdistan irakien participent actuellement à l'offensive sur Mossoul, dernier grand bastion irakien des jihadistes de l'EI.

str-ak/ac/jmm/bpe/nbz