NOUVELLES
19/11/2016 09:41 EST | Actualisé 20/11/2017 00:12 EST

Estonie : le futur Premier ministre Ratas confirme le cap atlantique et européen

Le Premier ministre désigné estonien Juri Ratas a réaffirmé samedi l'orientation transatlantique et européenne de la nouvelle coalition gouvernementale conduite par son Parti du Centre, très populaire au sein de l'importante minorité russophone.

"Depuis 1991, il y avait un large consensus en Estonie en matière de politique étrangère et de questions de sécurité. Mon gouvernement respectera ce principe. L'Otan, l'Union européenne et les relations transatlantiques sont et seront la pierre angulaire de la politique étrangère et de défense de l'Estonie", a-t-il déclaré dans un communiqué.

Son gouvernement, formé à la suite de la chute de son prédécesseur de centre-droit Taavi Roivas, à qui le parlement a refusé la confiance, "sera mis en place probablement la semaine prochaine", a ajouté M. Ratas.

Il arrive au pouvoir alors que toute la région continue à s'inquiéter de la politique du Kremlin. L'Otan a approuvé en juillet des plans de présence par rotation de forces alliées dans les trois pays baltes et en Pologne pour montrer qu'elle serait à leurs côtés si la Russie était tentée de rééditer une intervention semblable à celle de 2014 en Ukraine.

Agé de 38 ans, M. Ratas dirigera un gouvernement comprenant également les sociaux-démocrates du SDE et les conservateurs d'IRL.

Les directions des trois partis partenaires ont approuvé samedi leur accord de coalition, dernière étape avant la création du cabinet de ce pays balte membre de l'UE, de l'Otan et de la zone euro.

Selon leurs annonces, chaque parti aura cinq portefeuilles. Les sociaux-démocrates du SDE proposent notamment le populaire ancien ministre de la Défense et ancien leader de leur parti Sven Mikser pour le poste clé de chef de la diplomatie.

Par ailleurs, des cours de langue estonienne gratuits seront proposés aux membres de la minorité russe. La politique de naturalisation sera maintenue, autrement dit les enfants nés de parents apatrides seront naturalisés Estoniens à la naissance, selon une déclaration du nouveau gouvernement citée par l'agence BNS.

Les trois partis ont également convenu que le nouveau gouvernement estonien n'appuierait pas la politique européenne de répartition des quotas des réfugiées.

Son objectif principal est de "mettre fin à la stagnation économique".

str-mc/via/fjb