NOUVELLES
19/11/2016 07:17 EST | Actualisé 20/11/2017 00:12 EST

Albanie: un abri antiatomique d'Enver Hoxha transformé en musée

Témoin de la dictature en Albanie d'Enver Hoxha (1944-1990) qui a fait construire plus de 700.000 bunkers dans le pays, un abri antiatomique construit en plein centre de Tirana, transformé en musée, a été ouvert samedi au public.

"Ce musée (est) dédié à des milliers de victimes du communisme, fusillés ou morts dans des camps de travail", a déclaré le Premier ministre albanais Edi Rama, à l'issue de la visite des lieux.

Creusé au début des années 80, ce bunker d'environ 1.000 m2 est relié à plusieurs galeries souterraines qui, comme des tentacules, sillonnent le sol de la capitale albanaise.

Ces pièces se trouvent dans un sarcophage dont les murs et le plafond, épais de 2,4 mètres, étaient censés résister à une attaque nucléaire.

Outre des panneaux détaillant des exactions de la police secrète, la Sigurimi, des portraits de victimes couvrent désormais l'intérieur d'une coupole à l'entrée du bunker.

Les visiteurs découvriront aussi des bureaux, avec notamment des services d'écoutes ou encore une pièce de transmission, où sont exposés quelques outils de communication de l'époque.

Vivant dans la paranoïa d'une agression extérieure, Enver Hoxha avait fait construire plus de 700.000 bunkers à travers le pays, dont certains ont été ouverts ces dernières années.

Un bunker de 2.600 m2 a été ouvert au public fin 2014, dans les entrailles d'une montagne à quelques kilomètres à l'est de Tirana. Bâti dans les années 70, celui-ci aurait dû servir, en cas de guerre, de siège pour le Comité central et l'Assemblée.

Plus de 100.000 Albanais ont été exécutés, emprisonnés ou envoyés dans des camps de travail sous le régime communiste du dictateur Enver Hoxha, qui a a mis sous le joug le pays de 1944 à 1990.

Le Parlement albanais a voté en mai 2015 une loi sur la déclassification des archives de la Sigurimi.

bme/rus/ib