DIVERTISSEMENT
17/11/2016 04:44 EST

«Tout à refaire»: Gérard Darmon et Philippe Lellouche font machine arrière (PHOTOS)

La pièce Tout à refaire de Philippe Lellouche mise en scène par Gérard Darmon a eu un succès monstre en France où elle tenu l’affiche pendant plusieurs mois. Quelques heures avant la première à l’Olympia, Le Huffington Post Québec s’est entretenu avec les deux acteurs français ravis de se retrouver sur scène à Montréal.

Franchement, qui ne rêve pas de retourner dans le passé? C’est la prémisse de la pièce Tout à refaire dans laquelle deux cinquantenaires se retrouvent un soir d’été dans la terrasse d’un café tout en regrettant l’époque de leur prime jeunesse. «Tout commence par un lieu commun, déclare Philippe Lellouche. Comme on a une mémoire sélective, on se rappelle que du bon, mais rarement du mauvais, la pièce s’amorce par la rencontre de deux types qui pensent que c’était mieux avant.»

Selon Lellouche qui signe ici sa cinquième production théâtrale, la nostalgie a pris aujourd’hui une place prépondérante dans la société. «On peut comprendre assez facilement pourquoi, explique-t-il. Le passé est tellement rassurant quand on voit ce présent si torturé qui laisse présager un avenir compliqué. En même temps, je pense que l’homme a toujours la possibilité de rebondir. Avec cette pièce, j’essaye d’exprimer quelque chose dans l’air du temps. Je crois que plus on est personnel, plus on est universel.»

Comique à souhait avec quelques touches émotives, Tout à refaire vient briser les certitudes des deux hommes lorsque la serveuse du café (ou un ange ?), joué par Laura Boujenah, leur propose de retourner vivre dans le passé. «Ils vont alors prendre conscience qu’une existence est aussi faite de drames et de catastrophes. Sans vouloir dévoiler toute l’histoire, ils vont vite se rendre compte que finalement, c’est bien mieux de vieillir», raconte Lellouche.

Le comédien se retrouve sur les planches au côté de Gérard Darmon, un duo qui fonctionne à merveille. «On se connaît très bien pour avoir déjà fait quelques films ensemble. Il a même joué dans mon premier long métrage. Gérard est un ami cher et un acteur formidable. Quelle joie de me retrouver à l’affiche avec lui! Ce n’est que du bonheur.»

Galerie photo «Tout à refaire» à l'Olympia Voyez les images

Moderne et drôle

À l’origine, le duo n’était pas sensé se donner la réplique. «Philippe a d’abord écrit la pièce pour moi, raconte Gérard Darmon. Puis de fil en aiguille le projet a pris corps jusqu’au jour où je lui ai demandé d’interpréter le deuxième personnage. Même si l’on a dix ans de différence, c’est toujours possible. Dans la vraie vie, j’ai des amis beaucoup plus jeune ou plus vieux que moi.»

Au théâtre, au cinéma ou ailleurs, les deux acteurs sont souvent au même diapason. L’idée de travailler ensemble est donc venue naturellement, affirme Darmon. «On est proche l’un de l’autre. Cette fois, je voulais une pièce où Philippe s’ouvre un peu plus le ventre, qu’il aborde des sujets plus profonds sans prise de tête. C’est ce qu’il a fait et cela m’a totalement séduit.»

Darmon se dit très curieux de l’accueil montréalais. Pour la première fois, la pièce sort des frontières hexagonales à la rencontre d’un public outre-Atlantique. «J’aime tellement Montréal que je serais déçu si ça ne marche pas. Mais vous savez, le succès est si fragile. Il ne s’explique pas. Il faut un texte, une mise en scène, des acteurs, le moment, le lieu, autant de maillons d’une chaîne qui lorsqu’ils sont bien assemblés peuvent attirer un public.»

Difficile à résumer en quelques mots, Tout à refaire est davantage une expérience. «L’œuvre parle de la mort, du bonheur, du chagrin, du rire et de la connerie, dit Darmon. C’est une pièce moderne, vivante et drôle. Si l’on pouvait remonter le temps, je crois que l’on ferait toujours les mêmes erreurs, parce que c’est cela la vie. Alors il vaut mieux profiter de l’instant présent et faire attention aux gens qui nous entourent.»

Tout à refaire à l’Olympia de Montréal jusqu’au 20 novembre.