NOUVELLES
17/11/2016 06:27 EST | Actualisé 17/11/2016 10:23 EST

Cinq pannes en trois jours dans le métro, des incidents isolés, dit la STM (VIDÉO)

Dégagement de fumée sous un train, problèmes de téléphonie et de radiocommunication, présence d'une personne sur la voie, problème électrique... Depuis mardi, les usagers de la Société de transport de Montréal (STM) ont dû composer avec cinq différentes pannes. Et « la situation est grave », dénonce Projet Montréal, parti d'opposition à l'Hôtel de Ville.

Les cinq interruptions de service dans le métro sont dues à « des événements isolés et de malheureuses coïncidences », dit la STM.

« On est conscient que pour notre clientèle, c'est loin d'être évident, reconnaît le directeur général de la Société, Luc Tremblay. Mais ce sont des événements fortuits qui n'ont aucun lien entre eux. »

Mardi matin, en pleine heure de pointe, le service a été perturbé sur la ligne verte pendant près d'une heure et quart en raison d'un dégagement de fumée. Puis, en après-midi, un problème de téléphonie a stoppé le service pendant 23 minutes sur quatre lignes du métro.

Mercredi en milieu de matinée, un problème de radiocommunication a perturbé quatre lignes de métro pendant 19 minutes.

Enfin, jeudi en avant-midi, deux pannes sont survenues; une première de 19 minutes sur la ligne verte en entier parce qu'une personne se tenait sur la voie, ce qui a nécessité l'intervention des policiers... Et une seconde quelque deux heures plus tard, lorsqu'un train a été bloqué entre deux stations en raison d'un problème électrique.

Cette dernière panne, d'une durée d'une heure et demie, toujours sur la ligne verte, a même nécessité l'évacuation des passagers dans le tunnel.

Retards et désagréments pour les utilisateurs du transport en commun

Une situation que dénonce Craig Sauvé, conseiller de ville dans Saint-Henri–Petite-Bourgogne–Pointe-Saint-Charles et porte-parole de l'opposition officielle en matière de transport. « Il y a des coûts économiques aux pannes de métro », dit-il.

M. Sauvé cite le cas de personnes occupant des emplois précaires et qui doivent arriver à l'heure, faute de quoi elles risquent d'être pénalisées financièrement.

Le conseiller de Projet Montréal estime que ces interruptions de service trahissent le manque d'investissement dans le métro. Il reproche au maire Denis Coderre, de même qu'au président de la STM, Philippe Schnobb, de ne pas avoir publiquement pris la parole pour s'excuser de ces inconvénients.

Enfin, M. Sauvé considère que cette suite de pannes mine la confiance des Montréalais envers leur système de transport collectif.

Cette année, la STM a recensé jusqu'ici environ 800 incidents de plus de cinq minutes dans le métro. L'an dernier, elle en avait comptabilisé 956.

Avec les informations de Benoît Chapdelaine

VOIR AUSSI:

Galerie photo Dans les coulisses du transport en commun montréalais Voyez les images