NOUVELLES
15/11/2016 04:42 EST | Actualisé 15/11/2016 04:54 EST

Watch Dogs 2, un gros jeu pop-corn! (PHOTOS)

Après un premier épisode réussi, mais pas au niveau des attentes, Ubisoft Montréal recadre Watch Dogs 2 pour en faire un Fast and Furious du jeu vidéo.

Galerie photo Watch Dogs 2 Voyez les images

Changement de cap pour Watch Dogs 2. Alors que le premier se cherchait, mi-sérieux mi-grand public sans jamais trouver l’équilibre, le deuxième opus est un divertissement assumé tout du long. On vous offre San Francisco reproduit dans ses moindres détails, des missions par dizaines et une jouabilité simple, mais aux multiples possibilités afin de ne pas s’ennuyer. Saupoudrez le tout de grosse action et d’effets visuels qui en mettent plein les yeux, et voilà de quoi s’amuser sans trop se poser de question.

LIRE AUSSI

» Watch Dogs 2, un gros jeu pop-corn!

» Comme le montre Watch Dogs 2, le piratage n'est plus limité à internet mais touche le monde réel

Le scénario vous met dans la peau d’un pirate qui va s’en prendre au système d’exploitation extrêmement intrusif de San Francisco, aidé de l’organisation Deadsec, un genre d’Anonymous du futur. Le jeu multiplie les références à des évènements réels, et le fond traite quand même d’un sujet important : le trafic de nos données personnelles et l’intrusion dans nos vies de la part du gouvernement et des sociétés. Mais, le tout est mis en scène de façon légère avec une bande de héros façon Fast and Furious, plus c’est gros, plus il y a du danger et plus c’est naïf. Bref, c’est un jeu pop-corn qui se consomme comme un bon gros spectacle, avec juste ce qu’il faut de fond pour que ça tienne.

San Francisco comme terrain de jeu

À pied, en voiture ou à moto, la ville de San Francisco est votre terrain de jeu, vous avez la liberté totale d’aller là où vous voulez. Les missions sont nombreuses et offrent un équilibre entre action et piratage. Car comme toujours, le but est de progresser et de s’en sortir en piratant tout et n’importe quoi. Les compteurs électriques pour en faire des pièces, des canalisations afin d’exploser sous les voitures de vos poursuivants, les ordinateurs, les chariots élévateurs, les exemples ne manquent pas. La plupart du temps, on progresse facilement dans Watch Dogs 2. On pirate les caméras et portes, on repère les gardes, puis on passe à l’action en les assommant. Le jeu permet de se servir d’armes, mais le côté infiltration est largement mis en avant. Il faut dire que l’on possède tout un arsenal, et même des drones permettant de faciliter encore la tâche et d’appréhender les niveaux sous différents angles.

Techniquement, le jeu offre un San Francisco qui parait bien vivant. L’ambiance des rues et le comportement des passants tout comme celui des ennemis est plus réaliste que dans le premier opus. On sent vraiment la différence entre les quartiers, évasion assurée!

Watch Dogs 2 est un jeu plutôt immersif et dans lequel on prend plaisir à jouer. Il est très clairement taillé pour offrir du grand spectacle et parcourir le tout avec facilité. C’est un anti Skyrim par excellence. Enfin, la durée de vie peut aller à plusieurs dizaines d’heures avec les missions secondaires. On a donc un jeu qui offre une belle réalisation, et du gros spectacle, tout en ayant un fond actuel, mais avec un manque flagrant et assumé de maturité dans le traitement de l’histoire, sortez le pop-corn!