POLITIQUE
15/11/2016 07:43 EST | Actualisé 15/11/2016 08:03 EST

Le Canada a dépensé plus de 6 millions de dollars pour assister aux conférences des Nations unies sur le climat depuis 2007

Le gouvernement fédéral a dépensé 6 millions de dollars pour assister aux neuf dernières conférences sur le changement climatique, selon des documents divulgués à la Chambre des Communes.

Environnement Canada a déclaré avoir dépensé 561 251 $ à la conférence qui se tenait à Paris, dont 231 564 $ pour le logement, 123 976 $ pour les vols d'avion et 85 857,86 $ pour les repas de 58 personnes.

Le ministère a aussi dépensé 101 580 $ pour les fournitures de bureau, l'impression et l'expédition, la location de locaux, les télécommunications et la traduction, ainsi que 10 850 $ pour l'accueil et 7 421 $ pour le transport.

Catherine McKenna à la Banque mondiale à Washington le 14 avril (Photo: Sait Serkan Gurbuz/The Associated Press)

Tout cela fait partie d'une estimation initiale d'Affaires mondiales Canada, selon laquelle le coût pour la COP21 serait de plus de 973 995 $, a précisé Caitlin Workman, la porte-parole de Catherine McKenna ministre de l'Environnement, dans un courriel adressé au Huffington Post Canada.

Ce montant ne comprend pas les dizaines de milliers de dollars que les premiers ministres des provinces, les maires et leur personnel ont déboursés pour assister à la signature de l'accord de Paris.

Le montant de ces dépenses ne semble pas surprendre Elizabeth May, la chef du Parti vert.

«Le Canada se devait d'être présent»

«Tout se qui implique de travailler à l'étranger, implique des dépenses, a expliqué Elizabeth May, habituée des conférences sur le climat. Ce ne sont pas de grosses dépenses comparées à ce qui pourrait se produire si le monde perd les règlementations internationales et le dialogue.»

Les réunions de la COP fixent les règles pour que soient encadrés les problèmes liés aux changements climatiques, et ce avec des accords parallèles concernant à peu près tout, de l'adaptation au climat à l'utilisation d'un marché du carbone, a poursuivi Mme May.

«Le Canada se devait d'être présent. Nous allons suivre ces règles. Nous faisons partie de l'Accord de Paris. Et dans l'idéal, nous ne sommes pas là juste pour le voyage, dans l'idéal, nous jouons un rôle positif et proactif en aidant à élaborer des structures qui vont fonctionner.»

Les dépenses pour la COP21 à Paris ont été plus élevées que celles des conférences sur le climat des années précédentes, parce qu'il y avait davantage d'agents de la GRC dus au fait que la conférence avait eu lieu à la suite des attentats du Bataclan, a supposé Mme May. C'était la première fois que la chef du Parti vert était escortée par un agent de la GRC à Paris.

Ce texte initialement publié sur le Huffington Post Canada a été traduit de l’anglais.

Lisez l'intégralité de l'article ici.

Voir aussi: