DIVERTISSEMENT
14/11/2016 03:59 EST | Actualisé 14/11/2016 04:01 EST

Nick Valensi, des Strokes, propose un album avec CRX (ENTREVUE)

courtoisie Sony Music

L’un des deux guitaristes du célèbre groupe new-yorkais les Strokes, Nicky Valensi, s’est investi dans un projet parallèle qui se nomme CRX. Avec des amis californiens, il a assumé avec sérieux son nouveau rôle de chanteur pour cette jeune formation qui propose un rock dégourdi sur le disque intitulé New Skin.

Valensi a rencontré les quatre autres gars par l’entremise de la musique: le bassiste Jon Safley (The Reflections), le batteur Ralph Alexander (The Dose), le claviériste Richie Follin (Willowz, Guards) et l’autre guitariste Darian Zahedi.

«Depuis quelques années, je traînais avec moi des parties de compositions, raconte en anglais le chanteur-musicien de 35 ans originaire de la France. Lors d’une rencontre avec Jon, en 2011, j’ai sorti mes chansons dans un exercice de partage de notre musique respective. Ça faisait un moment que j’avais envie de composer et jouer davantage.»

«Évidemment, je ne boude pas les Strokes, mais ce groupe est devenu un gros bateau qui prend du temps à se déplacer. En plus, on joue la plupart du temps devant de grosses foules [10 000 à 15 000 spectateurs] de festivals. Premièrement, j’avais le goût, comme les autres membres des Strokes d’ailleurs, d’avoir un autre projet qui me stimule, de manière satellitaire. Ensuite, j’avais ce désir d’explorer autre chose, de jouer dans des clubs, des théâtres et des salles de taille moyenne.»

En 2001, la popularité du quintette The Strokes a explosé. L’excellent album Is This It a fait du groupe l’un des plus populaires de la planète rock. Les gars, âgés dans la jeune vingtaine, participaient à une sorte de relance de la scène rock new-yorkaise. Avec leur look rétro, leurs vestes serrées au corps et leurs souliers semi-sport, ils lançaient aussi une sorte de mode urbaine. C’est le chanteur l’énigmatique Julian Casablancas qui a attiré la majorité de l’attention. Nick Valensi, lui, vivait dans une relative discrétion dans son mandat de guitariste. Or, avec son nouveau groupe CRX, il a dû assumer le rôle de leader, pour une première fois en carrière. De surcroît, il chante ses textes.

«Je ne voulais pas nécessairement être chanteur. Avec les Strokes, je me contentais de participer aux chœurs. L’idée de devenir le leader d'un groupe m’apparaissait au début une tâche assez sérieuse, confie Nick Valensi au bout du fil. Mais les gars de CRX m’ont encouragé et j’ai pris la chose au sérieux. Malgré le fait que j’ai résisté un certain temps, j’y suis arrivé.»

Aujourd’hui, Valensi affirme qu’il se sent à l'aise avec ses performances vocales sur l'album New Skin. Il chante avec conviction, mais sans flafla. Certains des morceaux rappellent les ambiances rock proposées par les Strokes, surtout à propos des guitares. Pensons à l’entraînante pièce introductive Ways To Fake It ou encore à Anything.

Les textes

«En réalité, ce sont les paroles qui se sont avérées la tâche la plus difficile pour moi, affirme Valensi. J’étais plutôt mauvais au départ (rires). Écrire les textes de l’album New Skin a été un vrai défi. Je reconnais que je manquais d’expérience. Mais, j’ai fini par trouver une manière d’exprimer mes idées, qui proviennent surtout de trucs relativement personnels. Avec le support de Fabrizio [Moretti, le batteur des Strokes], j’y suis parvenu. Je dois dire que les autres membres de CRX m’ont aidé à terminer certains textes.»

Par ailleurs, c’est Josh Homme, de Queens of the Stone Age et Eagles of Death Metal, qui a réalisé New Skin. «Nous avons travaillé dans un studio de Los Angeles. Rien de très extravagant, mais c’était parfait», dit Valensi.

Questionné quant à l’apport des claviers, qui diffère du travail des Strokes à cet égard, Valensi répond ceci: «Au début, on n’avait aucunement envisagé de mettre des claviers sur New Skin. Nous étions une formation rock très classique (batterie, guitares, basse et chant). Pendant le début du processus créatif, j’ai réalisé qu’il y avait un paquet de claviers dans le studio de Josh. Il y avait notamment un Vox Continental qui m’intriguait particulièrement. The Doors a utilisé beaucoup cet instrument dans leur musique.»

«J’ai commencé par l’utiliser pour jouer quelques lignes sur la pièce Slow Down. J’ai tripé. C’est à partir de ce moment que nous avons décidé d’ajouter des claviers sur l’album. C’est ainsi que Richie s’est joint à la formation.»

Et les Strokes dans tout ça?

«Même si j’habite avec ma famille en Californie, je vais souvent voir les gars à New York. Et puis, j’ai partagé mon album de CRX avec eux. Ils ont bien aimé. Ce sont de vieux amis, avec qui j’ai commencé à faire de la musique il y a vingt ans. J’avais besoin de leur soutien et de leurs commentaires à propos de mon travail avec CRX…»

«Les gens hésitent souvent à me poser des questions au sujet des Strokes. C’est dommage. Certes, j’ai un second projet qui s’appelle CRX, mais The Strokes c’est énorme pour moi. C’est pratiquement toute ma carrière musicale et une part de ma jeunesse. Et j’adore les gars du band [même si c’est pas toujours facile!]… Et ça continue. Lentement, mais sûrement, on va faire autre chose.»

Soulignons que le groupe a livré pas mal de concerts cette année. Les Strokes avaient été passablement discrets les deux années précédentes, à la suite de la publication du long jeu Comedown Machine (2013). En tout cas, rien d’hégémonique en ce qui concerne les apparitions publiques et les spectacles.

En juin, The Strokes a sorti un mini album titré Future Present Past. Mais la promotion fut très timide, pour ainsi dire inexistante. Il est temps pour le groupe de reprendre la place qui lui est méritée.

«Nous sommes dans le début d’un processus pour un nouvel album complet, indique Nicky Valensi. Je ne veux pas que les gens s’emballent trop, mais il y a définitivement quelque chose en branle. Nous travaillons sur des démos. Est-ce que l’album sortira dans six mois ou six ans? Difficile à dire, mais c’est stimulant de sentir que quelque chose de nouveau se passe avec le groupe. Soyez patients, à Montréal, on viendra faire un tour éventuellement avec du nouveau matériel!»

CRX

New Skin

Rock

Sous étiquette Columbia Records / Sony Music

L’album est disponible depuis le 28 octobre

À VOIR AUSSI: