NOUVELLES
14/11/2016 10:39 EST | Actualisé 14/11/2016 10:40 EST

Essai routier Nissan GT-R 2017: doigt d'honneur à l'Europe (PHOTOS)

Courtoisie

Pardonnez l’expression, mais la Nissan GT-R est ni plus ni moins qu’un doigt d’honneur lancé par le constructeur nippon directement aux voitures sportives et exclusives provenant de l’Allemagne et l’Italie. Surnommée Godzilla, elle utilise la même la recette réservée aux camionnettes japonaises lorsque ces dernières veulent rivaliser avec les constructeurs américains, mais l’applique au créneau des voitures des performances.

Galerie photo Nissan GT-R 2016 Voyez les images

C’est extrême à tous les niveaux au point d’en être pratiquement grotesque, mais la voiture ne s’excusera jamais. Comme un adolescent en pleine crise, elle repousse les limites et ne tolère aucune réprimande.

Contrairement au jeune qui cherche son identité, cependant, la GT-R a trouvé la sienne depuis longtemps. Elle n’a pas d’égal et ne cherche pas à copier aucun autre modèle sur la route. Son apparence peut sembler un peu loufoque pour certains tandis que d’autres diront qu’elle manque de classe, mais les connaisseurs savent qu’en matière de rapport performances/prix, elle est imbattable.

LIRE AUSSI

Le retour de l’AC Cobra?

Comme la Corvette et la Viper avant elle, la GT-R fait fi de ceux et celles qui la snoberait, se rabattant plutôt sur ses admirateurs loyaux qui ont pris le temps d’examiner ses données techniques. Ces dernières se sont d’ailleurs améliorées pour 2017. Le moteur V6 biturbo de 3,8 litres développe désormais 565 chevaux et 467 lb-pi de couple comparativement à 545 chevaux et 463 lb-pi pour le modèle 2016. Le tout est envoyé aux quatre roues par l’entremise d’une boîte automatique à double embrayage à six rapports reliés à un rouage intégral.

Sur papier, la Nissan GT-R 2017 atteint 100 km/h en un peu plus de 3,0 secondes seulement, en route vers une vitesse de pointe de 310 km/h. Le fait qu’elle soit équipée d’une traction intégrale permet d’exploiter plus facilement ces performances ridicules, et permet ainsi d’affronter avec confiance 99 % des voitures sur la route lors d’une course d’accélération grâce à des départs faciles à maitriser, et un système de départ canon inclus.

Chevrolet Corvette, Audi R8, la grande majorité des Porsche 911, quelques Ferrari et Lamborghini… vous passerez devant tout cela si le besoin se fait sentir et vous vous retrouvez dans un cadre sécuritaire. Pour une voiture offerte à partir de 125 000 $, avouez que ce n’est pas si mal.

Une touche supplémentaire de raffinement

La Nissan GT-R sous sa forme actuelle date de près de 10 ans. Pour 2017, Nissan a donc apporté quelques changements qui vont au-delà d’une puissance accrue. Il y a eu quelques ajustements esthétiques extérieurs, mais ils sont subtils et ultimement la Nissan GT-R conserve son apparence unique qui ne laisse personne indifférent. S’il y a une voiture qui prouve hors de tout doute que tous les goûts sont dans la nature, c’est bien la GT-R.

Ce qui est certain est qu’on se fait remarquer lorsqu’on se retrouve à son volant. Les passants arrêtent pour prendre des photos, les gens viennent vous parler aux stations-services, et les autres voitures ralentissent (parfois dans votre angle mort) pour permettre à leurs passagers de filmer la bête. Personnellement, j’aime ce design débridé qui ne pourrait être plus loin de la silhouette élancée et raffinée d’une voiture exotique italienne, particulièrement les énormes sorties d’échappement qui ont pratiquement la taille des feux arrière, mais si vous n’aimez pas ce style il n’y a rien qui vous fera changer d’idée.

À l’intérieur, Nissan a eu la bonne idée d’ajouter un système d’infodivertissement moderne qui est facile à utiliser. Les matériaux sont également un peu plus nobles, et il faut avouer que malgré son âge, l’habitacle de la GT-R demeure au goût du jour. Ce n’est peut-être pas aussi techno qu’une Audi R8 ni aussi contemporain qu’une Porsche 911, mais on n’a pas non plus l’impression que l’élaboration date de 2008. Comme bien des voitures du genre, les places à l’arrière sont symboliques.

Facile à conduire

Le problème des voitures aussi performantes, c’est qu’il est pratiquement impossible de les exploiter de manière convenable sur la route. Pire encore, certaines voitures sont si puissantes qu’elles deviennent rapidement désagréables en conduite de tous les jours.

La Nissan GT-R 2017 n’a pas ce problème, malgré toute la cavalerie qui se trouve sous le capot. Même que, lorsque l’on veut simplement se rendre du point A au point B, elle s’avère confortable et civilisée. La puissance est facile à doser et linéaire, et ce n’est que lorsque l’on enfonce la pédale droite que l’on ressent réellement tout ce que la voiture a dans le ventre.

Petite déception, cependant, du côté de la sonorité. Elle est exquise lorsque l’on pousse la machine, mais elle se fait plutôt timide à vitesse plus raisonnable. Certains aimeront l’insonorisation accrue et la sonorité raisonnable de la motorisation à vitesse « normale », mais j’aurais aimé entendre un peu plus le moteur, notamment lors des décélérations en ville.

De plus, certains collèges qui ont eu l’occasion d’essayer la voiture sur circuit m’ont mentionné que la voiture n’était pas très communicative au niveau de la direction, et que son poids se faisait sentir à la limite. Je n’ai plus vérifié ces affirmations, mais si vous faites partie de la minorité qui ira jouer avec leur GT-R sur une piste, cela mérite d’être exploré et vérifié davantage.

Sinon, nous avons affaire à une voiture excentrique qui donne un sentiment incroyable de pouvoir à son conducteur et qui est capable de performances absolument ahurissantes autant l’été que l’hiver. Tout cela à un prix très raisonnable compte tenu de tout ce que la Nissan GT-R 2017 peut offrir, surtout qu’elle peut très bien servir de voiture quotidienne si vous le désirez.