NOUVELLES
12/11/2016 07:06 EST | Actualisé 13/11/2017 00:12 EST

Mobilisation pour la libération du journaliste français retenu en Turquie

Plusieurs médias français ont réclamé samedi la libération du journaliste français Olivier Bertrand, retenu depuis vendredi par la police en Turquie, alors qu'il effectuait un reportage dans la province de Gaziantep.

Le quotidien Libération, auquel le journaliste a longtemps collaboré avant de rejoindre le média en ligne Les Jours, a demandé "sa libération immédiate".

Olivier Bertrand "a été arrêté vendredi au cours d'un reportage à Gaziantep. Il travaillait à une série d'articles baptisée +la Charnière+, consacrée à l'après-coup d'Etat manqué en Turquie. (...) Libération s'associe à nos confrères des Jours pour exiger sa libération immédiate", a indiqué la société des journalistes dans une tribune en ligne.

Le quotidien Le Monde lui a également apporté son soutien sur Twitter. "La Turquie doit libérer Olivier Bertrand sans délai. La rédaction du Monde solidaire des Jours", a écrit le directeur du quotidien, Jérôme Fenoglio.

Mediapart et le Syndicat national des journalistes (SNJ) ont eux aussi appelé à la libération du journaliste.

"La garde à vue du journaliste des Jours Olivier Bertrand en Turquie est illégitime et relève de l'intimidation", avait réagi dès vendredi le secrétaire général de Reporters sans Frontières, Christophe Deloire, sur Twitter.

A Bruxelles, le président du Parlement européen Martin Schulz s'est ému pour sa part, sur son compte Twitter, que les autorités turques "s'en prennent désormais aux journalistes étrangers". "Libérez Olivier Bertrand des Jours", a-t-il écrit.

Selon sa rédaction, le journaliste a été "interpellé sans motif" alors qu'il était en reportage. "24 heures qu'Olivier Bertrand est retenu par la police turque. Merci pour vos innombrables soutiens", indiquait samedi Les Jours sur son compte Twitter.

Cette interpellation survient alors que les relations entre Ankara et Bruxelles se sont tendues ces dernières semaines après l'arrestation de plusieurs journalistes et opposants politiques turcs.

may/alu/abk