NOUVELLES
12/11/2016 03:25 EST | Actualisé 13/11/2017 00:12 EST

Le roi d'Espagne ajourne sa visite en Arabie Saoudite après le décès d'un frère du roi

Le roi d'Espagne Felipe VI a reporté samedi une visite d'Etat en Arabie saoudite dont l'un des enjeux était la vente de cinq navires de guerre à l'armée saoudienne, après le décès d'un des frères du roi Salmane, ont annoncé les autorités espagnoles.

"Après le décès du prince (Turki ben Abdel Aziz), la visite officielle que Sa Majesté le roi (Felipe VI) devait effectuer en Arabie Saoudite (ce samedi) jusqu'au 14 novembre a été reportée", a indiqué un communiqué du ministère des Affaires étrangères espagnoles.

Le ministère a précisé qu'après le décès du prince tard vendredi, les autorités saoudiennes avaient décrété trois jours de deuil.

Le roi Salmane doit recevoir, pendant ces trois jours, les condoléances de membres de la famille royale, des responsables et des simples citoyens, selon le palais royal.

Une source diplomatique espagnole a précisé à l'AFP qu'aucune nouvelle date n'avait été arrêtée.

Felipe VI devait être accompagné du nouveau ministre espagnol des Affaires étrangères, Alfonso Dastis, et du ministre de l'Equipement, Íñigo de la Serna pour sa première visite dans la monarchie pétrolière.

Le journal espagnol El Pais a assuré cette semaine que "l'un des impératifs de la visite" du roi était "la signature d'un contrat avec l'entreprise espagnole Navantia, qui construira cinq corvettes de type Avante 2200 pour la Marine saoudienne", pour un montant "supérieur à deux milliards d'euros".

Ce projet a choqué les défenseurs des droits de l'Homme. Vendredi, l'ONG Amnesty international a souhaité que l'Espagne renonce à la vente de ces cinq navires de guerre, redoutant qu'ils ne soient utilisés dans le conflit au Yémen pour "des violations graves du droit international humanitaire".

Certains opposants à la visite royale ont dit redouter que les frégates ne soient utilisées contre des civils au Yémen où la coalition militaire arabe conduite par Ryad, en soutien aux forces gouvernementales, procède depuis mars 2015 à une intense campagne de bombardements contre les rebelles chiites appuyés par l'Iran.

avl/pt/at