NOUVELLES
12/11/2016 11:00 EST | Actualisé 13/11/2017 00:12 EST

Bonnardel rappelle l'importance du bilinguisme au congrès de la CAQ

QUÉBEC — Le leader parlementaire François Bonnardel a dû rappeler, samedi, les règles sur le bilinguisme des échanges lors d'un congrès de la Coalition avenir Québec (CAQ) où un militant a été invectivé après posé une question.

L'incident est survenu au moment où les militants étaient invités à poser des questions aux députés de l'aile parlementaire.

Un membre de la CAQ à Terrebonne, Claude Benoit, a demandé en anglais quels moyens la formation allait mettre de l'avant pour conquérir le vote anglophone.

M. Benoit, un francophone, s'est alors fait reprendre par un autre militant qui a lancé, dans la salle, qu'il devait parler français, a expliqué M. Bonnardel, qui était présent, au moment de l'incident.

Dans un point de presse qui a suivi, M. Bonnardel a expliqué que plusieurs personnes dans la salle se sont oppposées au rappel à l'ordre exigeant que les débats ne se déroulent qu'en français.

Aux journalistes, M. Bonnardel a expliqué que les règles de la CAQ sont claires, à plus forte raison alors que la formation vient d'adopter le premier article de ses statuts exprimant son intention que le Québec demeure au sein du Canada.

«On a un militant qui a posé une question en anglais, a-t-il dit. Si j'ai bien entendu il y a en un qui a dit: 'en français'. Et moi j'ai répondu à la fin.»

M. Bonnardel a expliqué qu'il a clos l'incident en prenant la parole dans la salle, pour rappeler l'importance de l'ouverture. 

«Il n'y a aucune communauté qu'elle soit allophone, immigrante, anglophone, qui sont des citoyens de deuxième ordre, dans notre formation politique, le respect est important et on va toujours être un parti inclusif», a-t-il dit.