POLITIQUE
09/11/2016 02:57 EST | Actualisé 09/11/2016 09:27 EST

Élection du président Trump: incertitude totale pour le Canada

Dur de prédire l'avenir avec le président Trump.

OTTAWA – L’élection du président Trump risque de causer bien des maux de tête au Canada en raison de ses déclarations enflammées et imprévisibles, selon les experts consultés par le Huffington Post Québec.

Le candidat républicain a multiplié les menaces pendant la course à la présidence. Non seulement il s’est opposé au Partenariat transpacifique, mais il a aussi promis de mettre fin à l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) qui relie les États-Unis au Mexique et au Canada.

donald trump canada

Donald Trump, une bombe à retardement pour le Canada?

Les propos de Trump sur le libre-échange dans les derniers mois ont irrité plusieurs dirigeants et ex-dirigeants canadiens et québécois. Lors d’un discours à Montréal, le mois dernier, l’ancien premier ministre du Canada, Brian Mulroney, avait dit qu’il était « illusoire » de penser qu’il pouvait mettre fin à l’ALENA.

Dans une récente entrevue avec le HuffPost Québec, l’ancien premier ministre du Québec, Jean Charest, avait du mal à cacher son agacement à propos du discours protectionniste tenu par les deux candidats à la présidence. Il a suggéré que l’opposition au libre-marché était devenue « le cri de ralliement » de la population américaine devant les problèmes économiques qui affligent le pays.

« Le Canada ne sera pas seul quand il sera question de découvrir les défis par rapport à la présidence de Trump. » - Roland Paris

« Il y a, aux États-Unis, en particulier, dans la population, un ressentiment envers la classe politique et des leaders d’affaires parce qu’il y a beaucoup de gens qui ont connu un recul en termes de revenu disponible depuis les 30 dernières années et ils ont tendance à blâmer les accords de libre-échange – à tort », a indiqué M. Charest.

Le Canada souffre déjà de la fermeture des États-Unis sur le plan économique, alors que les négociations dans le dossier du bois d’œuvre battent de l’aile. Québec a même nommé l’ancien diplomate Raymond Chrétien comme négociateur en chef pour tenter de dénouer l’impasse.

Difficile de prédire quelle sera l’attitude de l’homme d’affaires dans ce dossier, comme dans tous les traités de libre-échange avec le Canada et à l’international, mais tout indique qu’il s’y oppose si les États-Unis n’en tirent pas un avantage concret.

« Il a articulé une vision de commerce international qui est sceptique des accords de libre-échange. Il voit les accords de libre-échange comme une façon d’écraser les partenaires commerciaux pour satisfaire les intérêts des Américains », explique Roland Paris, un ancien conseiller du premier ministre Justin Trudeau en politique étrangère.

Il maintient toutefois que le Canada ne sera pas le seul à découvrir le vrai visage du nouveau président au jour le jour, et que ce degré d’incertitude sera « problématique ».

« Le Canada ne sera pas seul quand il sera question de découvrir les défis par rapport à la présidence de Trump, dit-il. Même avant qu’il articule les détails de ses politiques, il y aura beaucoup d’anxiété dans le monde à la suite de l’élection d’un président Trump. »

Maryscott Greenwood, conseillère senior du Canadian-American Business Council à Washington, craint que les politiques de libre-échange de la nouvelle administration ramènent le pays « en arrière » en matière de relations commerciales entre le Canada et les États-Unis.

LIRE AUSSI:

» Élections américaines 2016: les résultats en direct

» Le fils de Donald Trump a violé la loi lors de son vote

» Cette photo virale de Donald Trump n'est pas aussi compromettante qu'il n'y paraît

» Des Femen arrêtées dans le bureau où Trump a voté

» Quand un vlogueur montréalais infiltre les fans de Donald Trump

« Lorsque vous jetez un coup d’œil à ses politiques frontalières, il les dirige surtout à la frontière au sud [avec le Mexique], mais elles impliquent aussi la frontière du nord. Il n’a juste pas de vision pour faire affaire avec nos partenaires et nos alliés pour les relations Canada-États-Unis », déplore-t-elle.

Qu’en est-il de sa politique étrangère? Là encore, difficile de prévoir le coup, explique Thomas Juneau, professeur adjoint d’Affaires publiques et internationales de l’Université d’Ottawa et expert en politique étrangère et de défense du Canada.

« On ne sait pas à quoi s’attendre parce que, premièrement, il a été complètement incohérent. Il n’a jamais eu d’expression cohérente de sa part. Il y a certains thèmes très généraux qui sont revenus sur une base régulière : le protectionnisme, la demande que les alliés en fassent plus [en défense] », explique-t-il.

« Alors qu’est-ce qu’il ferait? On ne le sait pas. C’est ce qui le rend beaucoup plus imprévisible » - Thomas Juneau

Sur la question des interventions militaires au Moyen-Orient, par exemple, le candidat républicain n’a pas tenu le même discours pendant la course. Il a exprimé un scepticisme face aux interventions militaires, par moments, et a dit qu’il voulait bombarder l’État islamique par d’autres.

« Alors qu’est-ce qu’il ferait? On ne le sait pas, poursuit Thomas Juneau. C’est ce qui le rend beaucoup plus imprévisible. Mais pour rajouter à cette incertitude-là, il n’y a aucun dossier passé sur lequel on peut se fier. »

justin trudeau

Justin Trudeau a refusé de commenter l'élection jusqu'ici. (Photo : PC)

Plus tôt en journée, mardi, l’ambassadeur américain au Canada, Bruce Heyman, a maintenu que le Canada et les États-Unis allaient rester des amis peu importe l’issue de l’élection.

« Nous sommes votre plus important partenaire commercial, vous êtes notre plus important partenaire commercial. Nous achetons plus d’énergie du Canada, mis à part ce que nous produisons, que partout ailleurs dans le monde. Nous avons des liens culturels étroits et très forts… et des liens de famille. Nous avons accompli des choses sur le plan géopolitique ensemble », a-t-il énuméré.

« Nous avons travaillé ensemble sur la frontière. Et nous nous sommes assurés qu’elle est la plus efficace et effective. Je ne pense pas que peu importe qui est président, nous ne continuerons pas sur cette voie, a exprimé Bruce Heyman. Cela ne va pas changer. »

Justin Trudeau s’est bien gardé de commenter directement les élections américains jusqu’à présent. Mais il a démontré son opposition à certaines positions de Trump, sur la question de l’accueil des réfugiés syriens, par exemple, ou encore le féminisme.

Mardi soir, son ministre des Finances Bill Morneau surveillait les résultats avec attention. « Comme tous les autres Canadiens, je regarde avidement et je m’intéresserai à ce qui se passe », a-t-il dit, tout en refusant de commenter la victoire imminente de Trump.

Avec des informations d'Althia Raj.

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo La soirée électorale aux États-Unis Voyez les images