NOUVELLES
08/11/2016 23:24 EST | Actualisé 09/11/2017 00:12 EST

La victoire possible de Trump fait chuter les marchés

La devise mexicaine, baromètre de l'opinion des marchés ces dernières semaines sur l'issue du scrutin, perdait environ 12 % de sa valeur par rapport au dollar américain dans les échanges en Asie, mercredi matin. Il s'échangeait à environ 20,32 pesos pour un dollar américain, contre 18,16 pesos un peu plus tôt.

La Bourse de Tokyo chutait de 5 % en mi-journée. Sydney suivait une trajectoire similaire, perdant plus de 3 % à la mi-journée, tout comme Hong Kong. Les marchés américains dans les contrats à terme dégringolaient aussi, de plus de 4 %.

La valeur du pétrole baisse elle aussi. Le baril de light sweet crude (WTI), référence américaine du brut, pour livraison en décembre, fléchissait de 1,67 $ US à 43,31 $ US et le baril de Brent, référence européenne, pour livraison en janvier, cédait 1,46 $ US à 44,58 $ US.

Dans ce contexte, l'or, valeur refuge, s'est nettement apprécié, à 1323 $ US l'once, contre 1268 $ US en début de matinée.

Des devises comme l'euro et le yen, quant à elles, s'envolent. L'euro est monté à 1,1222 $ US, contre 1,0989 $ US auparavant.

C'est la panique sur le marché, où les intervenants n'avaient certainement pas anticipé un tel résultat.

Juan Carlos Alderete, chargé de la stratégie chez Banorte-IXE

Le Mexique redoute un succès de Donald Trump. Le milliardaire avait menacé d'expulser des États-Unis des millions de migrants illégaux et de faire payer le voisin du sud pour la construction d'un mur sur leur frontière commune.

« L'élection est cruciale non seulement pour le peso mexicain, mais pour le Mexique », a commenté pour l'agence Bloomberg Juan Carlos Rodado, spécialiste de l'Amérique latine chez Natixis à New York.

« Ce scrutin pourrait déterminer l'avenir des échanges entre les deux pays et remettre en question 20 ans d'intégration économique », dit-il.

Les intervenants de marché pensent qu'une victoire de Donald Trump pourrait provoquer des incertitudes économiques et mondiales d'une telle ampleur que cela pourrait conduire la Réserve fédérale américaine à s'abstenir de relever ses taux d'intérêt en décembre, comme c'était largement anticipé jusqu'ici.

La chute observée sur tous ces marchés financiers rappelle celle qui avait suivi la décision-choc des électeurs britanniques de quitter l'Union européenne lors du référendum du 23 juin.