NOUVELLES
08/11/2016 07:34 EST | Actualisé 09/11/2017 00:12 EST

Renault-Nissan: l'usine au Royaume-Uni sera compétitive malgré le Brexit (Ghosn)

L'alliance Renault-Nissan reste confiante quant à la compétitivité de sa principale usine britannique malgré les craintes générées par le Brexit, a indiqué mardi à l'AFP son PDG Carlos Ghosn.

M. Ghosn a assuré avoir eu des échanges "de qualité" avec le gouvernement britannique sur ce sujet, a-t-il dit en marge du Web Summit de Lisbonne, la grand-messe européenne du numérique.

Il a refusé de dévoiler quelles assurances il a pu recevoir de la part de Londres avant l'annonce, fin octobre, de l'assemblage de deux nouveaux modèles Nissan sur le site de Sunderland, dans le nord-est de l'Angleterre.

La décision a été prise après avoir constaté que tant l'alliance que le gouvernement britannique étaient soucieux de l'importance de la compétitivité du site, a-t-il souligné.

"Tant que nous tenons le même discours (sur le sujet, NDLR), tout ira bien. Nous avons donc poursuivi nos investissements", a ajouté Carlos Ghosn.

Nissan avait reçu plusieurs assurances de la part du secrétaire d'Etat aux Affaires et à la Stratégie industrielle, Greg Clark, avant d'annoncer, le 27 octobre, la mise en production de la nouvelle version de son petit 4x4 Qashqai ainsi que du X-Trail.

Fin septembre, M. Ghosn avait demandé aux autorités britanniques des "compensations" face à d'éventuelles nouvelles barrières tarifaires. Il a rencontré à la mi-octobre la Première ministre britannique Theresa May qui l'avait rassuré, le PDG disant depuis aborder "de manière plus détendue" l'avenir de l'usine.

La Commission européenne s'est cependant penchée sur cet accord mais Carlos Ghosn a assuré n'avoir aucune inquiétude à ce sujet.

"En tant qu'entreprise, je ne me sens pas concerné. Cela peut être le cas d'autres personnes mais de notre côté, nous prenons des décisions et nous les assumons", a déclaré le PDG de l'alliance.

Concernant le Brexit, M. Ghosn a estimé, que pour l'heure, "personne sait" quelle sera l'issue des discussions.

"Il va y avoir des négociations, voyons ce qui en sortira. Nous avons beaucoup de temps devant nous mais nous aurons une décision à prendre car nous devons suivre nos cycles de productions", a conclu Carlos Ghosn.

jit/els/ef/pg