BIEN-ÊTRE
08/11/2016 12:35 EST

Le Glamour Brésil accusé de racisme envers les Asiatiques

Ce qui semblait être une blague du magazine Glamour Brésil sur Instagram s’est rapidement transformée en polémique.

Sur une photo publiée sur le réseau social, on voyait l’équipe du magazine en train de tirer leurs yeux et coller leurs mains, imitant les traits des Asiatiques et un symbole culturel, pour faire référence à leur projet spécial « Glamour au Japon ».

Après deux jours et de nombreuses critiques, la photo a été retirée, mais certains ont eu le temps de prendre une capture d’écran, comme le blogueur de mode Bryanboy :

« Avant de publier des blagues sur les yeux bridés, peut-être devriez-vous vous informer que vos salaires sont (pour la plupart) payés par les mêmes acheteurs ASIATIQUES aux yeux bridés qui achètent des produits de luxe de la plupart des marques occidentales qui, elles, achètent de la publicité dans votre publication », a-t-il écrit.

Le magazine s’est alors excusé sur le même réseau social :

« Nous aimerions nous excuser à ceux qui se sont sentis offensés! Nous n’avions pas cette intention et on regrette vraiment ce qui s’est passé. »

Mais malheureusement, ce n’est pas la première fois que des gens travaillant dans l’industrie de la mode exploitent les stéréotypes asiatiques et symboles culturels importants.

Le Elle américain et le Vogue Japon se sont déjà fait crucifié pour des références douteuses. Le thème du MET gala de l’année dernière, la Chine à travers le miroir, a fait sourciller. Il en était de même pour les tenues choisies par les célébrités pour y assister; certains arboraient le coquelicot, une fleur qui symbolise le sombre souvenir de la Guerre de l’Opium pour les Chinois.

Des détaillants tels que TopShop, qui avait mis en vente un collier orné de bijoux ressemblant à des masques de propagande anti-chinoise, ou comme Victoria’s Secret qui avait une collection « Go East » avec un ensemble nommé « Petite Geisha sexy », ont fait réagir par le passé.

Il faut reconnaître que la ligne est très mince entre ce qui est acceptable ou non en matière d’appropriations culturelles. Ce qui est offensant pour quelqu’un ne l’est pas du tout pour un autre. Cependant, tout le monde est d’accord : la prudence est de mise.

Galerie photo Les polémiques mode les plus marquantes Voyez les images