NOUVELLES
08/11/2016 08:06 EST | Actualisé 09/11/2017 00:12 EST

Le FMI satisfait des mesures prises par le Mozambique

Le Fonds monétaire international (FMI) s'est déclaré mardi satisfait de l'ensemble des mesures récemment prises par le gouvernement mozambicain pour faire face à la crise économique provoquée par la chute des matières premières et aggravée par la révélation d'emprunts cachés rendant le pays insolvable.

"Le gouvernement prend des mesures correctes qui vont dans la bonne direction", a déclaré Ari Aisen, le représentant du FMI au Mozambique, lors d'une conférence à Maputo.

Le FMI a notamment salué les mesures de restrictions budgétaires et de contrôle monétaire engagées par le Mozambique pour contenir les effets de la chute des matières premières, qui frappe une grande partie des pays africains.

Le Mozambique, qui exporte du charbon et de l'aluminium, souffre aussi des retards pris dans l'exploitation de ses immenses réserves de gaz découvertes depuis 2010 dans le nord du pays. Ces réserves pourraient faire de ce pays pauvre d'Afrique australe l'un des premiers exportateurs de gaz naturel liquéfié au monde dans les années 2020.

"Les perspectives positives du Mozambique sur le moyen terme sont inaltérables", a insisté M. Aisen.

"Nous traversons un moment complexe, mais c'est aussi une opportunité pour mener des réformes structurelles sur les prochaines années pour en faire une économie forte", a-t-il ajouté.

Vendredi, le procureur général de Maputo a annoncé avoir retenu le cabinet américain Kroll pour mener un audit international de trois entreprises publiques ayant contracté plus de 2 milliards de dollars de dette depuis 2013 en toute opacité, réclamé par les bailleurs de fonds.

En avril 2016, le FMI a suspendu ses prêts au Mozambique lorsque l'existence de ces emprunts a été dévoilé dans la presse, générant un scandale international parmi les financiers.

Fin octobre, dans un geste de transparence salué par les bailleurs de fonds, le ministre des finances Adriano Maleiane a admis que le niveau de la dette mozambicaine était "insoutenable", alors que celle-ci devrait représenter 130% du PIB Mozambicain en 2016, contre 86% en 2015.

Une fois l'audit international et un plan de restructuration lancé, le FMI estime qu'il pourrait reprendre des discussions afin de rétablir ses prêts au Mozambique au cours du premier trimestre 2017.

aba/pid/jh