NOUVELLES
08/11/2016 05:59 EST | Actualisé 09/11/2017 00:12 EST

France: les personnels hospitaliers en grève contre la rigueur

Les personnels des hôpitaux français se sont mobilisés mardi pour dénoncer la dégradation de leurs conditions de travail et la rigueur budgétaire affectant le secteur de la santé, à l'appel d'un large éventail de syndicats et d'organisations.

Infirmiers, aides-soignants et autres personnels ont été appelés à faire grève et manifester à la fois par quatre grands syndicats de la fonction publique hospitalière et par une kyrielle d'organisations infirmières salariées, libérales ou étudiantes. Selon les organisations, ce rassemblement unitaire est inédit depuis 28 ans.

Selon le ministère de la Santé, 8% des personnels hospitaliers appelés à la grève étaient mobilisés, et plus spécifiquement, 12% des infirmières.

Pour dénoncer le manque de moyens et de personnels, les cadences infernales, les réformes successives depuis 15 ans, les protestataires ont défilé un peu partout en France: un millier de manifestants dénombrés à Paris, entre 500 et 650 à Strasbourg (Est), 500 à Orléans (centre)...

"Infirmiers méprisés, patients en danger", scandaient-ils.

Ce mouvement intervient après plusieurs suicides de soignants, dont au moins cinq infirmiers l'été dernier.

"Quand les infirmiers qui soignent les gens commencent à se suicider, il faut vraiment se poser des questions", s'insurge ainsi Lila, infirmière anesthésiste de 52 ans.

L'intersyndicale réclame l'"abandon" d'un plan d'économies de "3,5 milliards d'euros" sur trois ans d'ici à 2017 ainsi que "l'arrêt des fermetures de lits" et dénonce la mutualisation des moyens des hôpitaux avec la mise en place de "Groupements hospitaliers de territoire", sorte de réseaux hospitaliers.

De leur côté, les 17 organisations infirmières souhaitent que leur profession, exercée par plus de 600.000 personnes en France, soit revalorisée. Augmentation des salaires, invitation des infirmières aux discussions sur le système de santé ou encore amélioration des droits sociaux pour les étudiants font partie des doléances.

Le gouvernement socialiste doit présenter dans les prochaines semaines des mesures pour améliorer les conditions de travail, "entendre la souffrance ou le mal-être lorsqu'ils sont là" chez les soignants.

bur-ac/jg/blb/rap