NOUVELLES
08/11/2016 06:51 EST | Actualisé 09/11/2017 00:12 EST

Emoi au Kosovo après la mort suspecte d'un opposant en détention

Un millier d'étudiants ont défilé mardi à Pristina après la mort en détention d'un des leurs, militant d'opposition, dont le décès est considéré comme "suspect" par la justice.

Etudiant en médecine de 26 ans, Astrit Dehari est mort samedi alors qu'il était détenu à Prizren (sud-est) depuis le mois d'août.

Ce militant du principal mouvement kosovar d'opposition, Vetevendosje, avait été arrêté pour avoir jeté un engin explosif sur la façade du Parlement.

L'opposition au président Hashim Thaçi demande des élections anticipées et lui reproche la nouvelle délimitation de la frontière avec le Monténégro ainsi que la mise en place d'un accord de normalisation des relations avec la Serbie.

Celui-ci prévoit notamment d'accorder plus de prérogatives aux municipalités contrôlées par la minorité serbe.

Les étudiants ont défilé dans le calme dans la rue principale de Pristina, derrière une photographie d'Astrit Dehari. Un par un, ils ont ensuite rendu hommage à l'étudiant, dont le cercueil avait été déposé devant le Théâtre national.

Selon des responsables policiers, il est mort pendant son transport à l'hôpital après être tombé dans le coma. Ils ont évoqué la prise de médicaments.

Mais les services du procureur considèrent le décès comme "suspect" et ont diligenté une enquête.

Le rapport d'autopsie n'a pas été rendu public, mais le procureur a évoqué la possibilité d'une mort provoquée par une "asphyxie et des problèmes respiratoires".

De son côté, le patron de Vetevendosje, Albin Kurti, a affirmé qu'elle était "le résultat d'un étranglement".

ih/ng/lb