NOUVELLES
08/11/2016 08:28 EST | Actualisé 09/11/2017 00:12 EST

Economies d'énergie : bouilloires et panneaux solaires mis à contribution par l'UE

La Commission européenne va proposer d'étendre sa directive sur l'éco-conception, dont l'objectif est de faciliter les économies d'énergie, à six nouveaux produits, dont les bouilloires et les panneaux solaires, a révélé mardi le vice-président Frans Timmermans.

Six nouvelles catégories de produits devraient être concernées par la réforme de la directive qui promeut la conception de produits respectueux du développement durable et de l'environnement: les bouilloires, les panneaux solaires, les séchoirs à mains, les ascenseurs, les systèmes de contrôle automatisé dans les bâtiments et les containers réfrigérants.

L'annonce officielle est attendue fin novembre. La directive réglemente déjà les appareils les plus énergivores comme les lave-linge ou les chaudières.

"Nous voulons mettre sur la liste les produits qui ont le rendement énergétique le plus élevé", a expliqué M. Timmermans lors d'une table ronde organisée à Bruxelles par le Beuc, l'association européenne de défense des consommateurs. C'est-à-dire les appareils susceptibles de donner lieu aux plus grandes économies d'énergie.

M. Timmermans a admis, au cours de la discussion, que lui-même avait été très "sceptique" sur l'intérêt d'élargir la directive éco-conception, alors que l'UE essaie de se débarrasser de son image de bureaucratie trop zélée établissant des normes jugées absurdes ou inutiles.

Au Royaume-Uni particulièrement, au moment de la campagne référendaire sur le Brexit, la presse s'était faite l'écho des critiques estimant que l'UE n'avait pas à imposer ce genre de règles, donnant lieu à une polémique sur le temps de cuisson des grille-pains dans un pays friand de ses toasts.

La décision a été prise sur la base d'avis scientifiques, a souligné le premier vice-président de l'exécutif européen.

"C'est pour ça que les bouilloires sont sur la liste (...) et que les grille-pains n'y sont pas", n'a pas manqué de souligner M. Timmermans, reconnaissant que la décision avait été retardée à cause des controverses.

"Cela a probablement pris plus de temps que si nous n'avions pas eu en toile de fond ces campagnes anti-UE sur la base de précédentes décisions sur l'éco-conception", a-t-il admis.

Selon les chiffres de la Commission, la réglementation sur l'éco-conception permet au consommateur européen d'économiser près de 500 euros par an sur ses dépenses d'énergie, et à l'UE d'économiser l'équivalent de la consommation d'énergie annuelle de l'Italie.

M. Timmermans a également prévenu que ces économies d'énergie était "absolument nécessaires" pour atteindre les objectifs que l'UE s'est fixée dans le cadre de l'accord de Paris sur le climat.

mla/agr/