NOUVELLES
08/11/2016 11:04 EST | Actualisé 09/11/2017 00:12 EST

Delhi prisonnière d'un nuage toxique

La chute des températures aggrave les effets du smog sur la capitale indienne en empêchant les polluants de se dissiper dans l'air et la mégalopole demeure enveloppée dans un brouillard nocif. L'explosion de millions de pétards lors de la fête hindoue de Diwali s'est avérée l'élément déclencheur de cette crise environnementale.

Les capteurs de l'ambassade américaine à Delhi enregistrent des niveaux de pollution qui menacent même les organismes de personnes en pleine santé. L'ambassade rapportait des taux de particules fines (PM2,5) de 372 microgrammes par mètre cube d'air, ce matin, alors que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande une moyenne quotidienne de 25 microgrammes de ces particules.

L'air était encore plus irrespirable, lundi, avec des niveaux de particules fines de 778 par mètre cube d'air. Cette unité de mesure atteignait près de 1000 PM2,5 par mètre cube au cours des week-ends précédents.

Les particules fines sont nocives pour les êtres humains, car elles sont assez microscopiques pour s'infiltrer dans le système sanguin et les poumons. Elles peuvent provoquer des cancers et des maladies cardiaques.

La pollution en Cour suprême

La situation est telle à Delhi que la justice s'est saisie de l'affaire. La Cour suprême indienne a accordé 48 heures au gouvernement pour présenter un plan de lutte contre la pollution.

Dans une autre audience devant un tribunal spécialisé en questions environnementales, le juge Swantanter Kumar a tancé le représentant du gouvernement.

« Qu'est-ce que vous faisiez pendant qu'il y avait tout ce brouillard de pollution et que les niveaux de particules fines étaient au-delà des limites prescrites? », a demandé le juge.

Faisant référence à la technique utilisée par les Chinois lors des Jeux olympiques de Pékin pour dissiper la pollution, le juge a demandé au représentant du gouvernement : « pourquoi n'avez-vous pas utilisé des hélicoptères pour répandre de l'eau sur Delhi et ses environs? ».

Les autorités de la capitale indienne ont dû fermer des écoles et interrompre des chantiers de construction pendant trois jours en raison de l'intense épisode de smog.

Les ventes de masques filtrants et de purificateurs d'air ont explosé au cours des derniers jours à Delhi puisque la fumée s'infiltre désormais jusque dans les habitations des résidents de la capitale.