NOUVELLES
08/11/2016 09:38 EST | Actualisé 09/11/2017 00:12 EST

Canada: un chercheur a peut-être été exposé au virus Ebola

Un chercheur d'un laboratoire canadien spécialisé dans les maladies animales exotiques a potentiellement été "exposé" au virus Ebola, ont annoncé mardi les autorités sanitaires.

Ce chercheur du Centre national des maladies animales exotiques (CNMAE) a noté lundi que sa combinaison de protection était déchirée en sortant d'un laboratoire de confinement à niveau de biosécurité élevé où il venait d'analyser des porcs infectés par le virus Ebola.

Immédiatement, des mesures d'urgence ont été mises en place au CNMAE de Winnipeg (Manitoba, centre) et le risque pour les autres personnels est faible, a déclaré le directeur de l'Agence canadienne d'inspection des aliments, John Copps, lors d'un point de presse.

Le chercheur, dont l'identité n'a pas été révélée, s'est fait administrer un vaccin Ebola expérimental développé dans ce même laboratoire et qui s'est avéré efficace contre l'épidémie en Afrique de l'Ouest. Testé en phase III en Guinée sur plus de 4.000 personnes, le vaccin VSV-EBOV s'est révélé efficace dans 100% des cas, selon les résultats de l'étude de 2015.

Placé en quarantaine, ce chercheur canadien demeurera sous observation pendant 21 jours, a indiqué M. Copps.

Ebola se transmet par contact avec les fluides biologiques d'un malade et provoque fièvre, vomissements et diarrhées intenses. Le virus dont l'Organisation mondiale de la santé a annoncé cette année la fin de l'épidémie en Afrique de l'Ouest, a fait plus de 11.000 morts en deux ans et suscité la peur au niveau mondial en raison de sa dangerosité.

Lors de l'incident, le chercheur manipulait des porcs qui venaient d'être anesthésiés pour être examinés, a relaté John Copps.

Le Centre des maladies exotiques des animaux est situé dans le Laboratoire national de microbiologie de Winnipeg, où sont manipulés des échantillons des virus les plus mortels au monde.

amc-jl/mbr/bdx