NOUVELLES
08/11/2016 15:08 EST | Actualisé 09/11/2017 00:12 EST

Alberta: deux conservatrices se retirent, l'une faisant état d'intimidation

EDMONTON — Les deux seules femmes qui étaient candidates à la direction du Parti progressiste-conservateur de l'Alberta ont quitté la course mardi, l'une d'entre elles dénonçant des tactiques d'intimidation associées au style du républicain Donald Trump.

Sandra Jansen a soutenu avoir été harcelée au congrès du parti qui avait lieu le week-end dernier à Red Deer. Elle a du même souffle dit avoir été attaquée sur les réseaux sociaux.

La candidate a dit que des bénévoles d'un autre aspirant-chef s'en étaient prise à elle parce qu'elle avait défendu les droits reproductifs des femmes et les droits des enfants.

L'ancienne ministre Donna Kennedy-Glans a aussi annoncé qu'elle se retirait de la course à la chefferie. Elle clame que la joute politique albertaine est source de polarisation et laisse peu de place pour que les voix centristes puissent se faire entendre.

Ni Mme Kennedy-Glans ni Sandra Jansen n'ont mentionné l'ancien député conservateur Jason Kenney. Cette dernière a toutefois invité les membres du parti à donner leur appui à des candidats qui s'opposent aux «politiques du style de Donald Trump venues d'Ottawa et transposées en Alberta».

Jason Kenney s'est pour sa part dit déçu de constater que les deux femmes s'étaient retirées de la course, évitant toutefois de commenter les raisons de leur départ.