BIEN-ÊTRE
07/11/2016 09:22 EST | Actualisé 07/11/2016 09:22 EST

Le Centre Leaders au Féminin: un regroupement de femmes d'affaires basé sur l'entraide, la formation et le partage dans la communauté

julief514 via Getty Images
Candid picture of a female boss and business team collaborating. Filtered serie with light flares, bokeh, warm sunny tones.

En fondant le Centre Leaders au Féminin, Stéphanie Fernandes avait une mission : bâtir une communauté de femmes entrepreneures prêtes à collaborer et à s’entraider dans le but de récolter un succès mutuel au sein de leur entreprise respective. Un an plus tard, c’est une véritable philosophie d’entraide que la maman entrepreneure a créée. Le Huffington Post Québec a discuté avec elle de la mise sur pied de ce regroupement de femmes d’affaires en devenir, du sentiment d’appartenance ressenti par les 125 membres et du bonheur de pouvoir ainsi redonner à la communauté.

Une communauté de femmes d’affaires

L’idée de départ derrière le Centre Leaders au Féminin germe alors que Stéphanie Fernandes est une jeune maman et une coach vestimentaire désirant se lancer en affaires. En se mettant à la recherche d’un local pour exposer ses robes, elle se rend rapidement compte qu’elle n’a « aucune idée par où commencer, ni même comment rédiger un plan d’affaires. »

« Je voulais mettre sur pied un centre pour les femmes entrepreneures, explique-t-elle. Des femmes qui seraient principalement âgées de 30 à 55 ans, souvent des mamans ayant quitté leur emploi et habitant en banlieue de Montréal, désirant rester près de leurs enfants en travaillant de la maison. Je souhaitais offrir à ces femmes, qui souffrent souvent d’isolement, des formations à des coûts raisonnables. Leur offrir un bon point de départ afin d’accumuler tous les outils nécessaires pour lancer leur nouvelle entreprise. »

Des femmes passionnées aux bonnes idées, mais malheureusement en manque d’informations malgré leur implication et leurs efforts de réseautage, il y en a beaucoup. « Quitter un emploi à temps plein pour se lancer à son compte fait peur », explique celle qui bosse bénévolement 80 heures par semaine au sein de cette entreprise d’économie sociale dont le but premier est de redonner à la communauté.

Au Centre Leaders au Féminin, elles peuvent participer à des ateliers et des formations qui leur permettront d’évoluer nettement plus rapidement que si elles restaient à la maison à tenter, seules, de devenir des femmes d’affaires. D’ailleurs, le sentiment d’appartenance qui se dégage des membres est tangible, tout comme leur investissement et leur contribution à cette initiative basée sur l’effort collectif.

« Ce que je propose est nouveau et unique, ajoute la fondatrice. L’idée est d’aider les femmes à mettre en place un plan d’affaires avec notre équipe en fonction de leurs besoins, tout en les dirigeant afin de leur permettre de réaliser le tout. C’est si nouveau que la majorité des gens ne sont pas au courant que nous avons des bureaux et que nous offrons même de la location de salles sur place, à Ville Saint-Laurent »

Des formations de qualité à petits prix

« Il existe plusieurs réseaux exigeant des frais d’adhésion annuels importants simplement pour en faire partie, sans que cela amène de véritables bénéfices, déplore-t-elle. Le concept avec le Centre Leaders au Féminin est que les frais d’adhésion annuels de 100 $ sont non obligatoires. Cependant, il permet aux membres de venir travailler pendant des blocs de 4 heures 4 fois par mois (le but étant ici de briser l’isolement, il ne s’agit aucunement de coworking) et d’aller à la rencontre d’autres entrepreneurs. Nous offrons des formations et des ateliers professionnels à des coûts abordables; on parle de formations de trois heures menées par des expertes en leur domaine à moins de 50 $. Tout cela, fait de façon privée, sans subvention, sans aide extérieure, entièrement grâce à la communauté. » Les formatrices sont donc des expertes dans divers domaines prêtes à redonner à la communauté en offrant leurs services à des coûts réduits. « L’idée est de faire avancer les femmes et que le taux de réussite de leur entreprise soit plus élevé que si elles avaient travaillé seules. »

De 9 h à 5 h, la totalité de la formation offerte se fait un devoir d’être 100 % « au féminin ». Par contre, en soirée, les hommes sont aussi invités à participer aux formations. « Les enjeux, les réalités et les défis rencontrés par les femmes sont tout à fait différents de ceux des hommes, et cela est dit de façon nullement sexiste, ajoute Stéphanie Fernandes. C’est un fait que la maman entrepreneure a beaucoup de préoccupations. J’essaie donc de répondre aux besoins de toutes ces réalités, des membres qui peuvent aussi bien être dans la soixantaine comme dans la trentaine et qui sont des mamans ou pas et qui viennent vers nous des 4 coins de la ville. »

La programmation du Centre Leaders au Féminin est diversifiée : les premiers pas pour créer un site Internet, démystifier les sources de financement, les obligations fiscales d’un entrepreneur, la comptabilité de la compagnie enregistrée ou incorporée, comment réseauter et bâtir son réseau, comment utiliser les médias sociaux, la gestion de temps, la prise de parole en public, comment faire son résumé de vente en une minute, tout y est. Et cela est sans compter la tenue de soirées et de dîners de réseautage chaque mois et toutes les activités complémentaires s’appliquant à répondre à tous les besoins.

Au total, 45 formations sont offertes au Centre jusqu’en janvier à raison de 2 à 4 séances par semaine.

Les inscriptions et l’adhésion se font en ligne sur le site Internet du Centre Leaders au Féminin : https://www.leadersaufeminin.com/

À voir également: