DIVERTISSEMENT
06/11/2016 04:51 EST | Actualisé 06/11/2016 04:51 EST

«Prédictions» : dans la boule de cristal de Fabien Cloutier et des gars de «La soirée est encore jeune»

Facebook La soiré est encore jeune

Sans affirmer qu’on en a soupé des revues humoristiques de fin d’année, disons que la formule a été maintes fois éprouvée, dans tous les tons et tous les formats, sur scène ou devant les caméras. Juste pour rire a donc choisi d’innover un brin, en 2017, avec le spectacle Prédictions, qui sera à l’affiche en début d’année au Théâtre St-Denis et laissera planer sur un ton irrévérencieux ce que l’actualité nous réservera dans les mois suivants.

Au cœur de ce collectif pince-sans-rire, sans peur et sans tabou? Le frondeur quatuor de La soirée est encore jeune, soit Jean-Philippe Wauthier, Jean-Sébastien Girard, Olivier Niquet et Fred Savard, et le non moins coloré Fabien Cloutier, dans une mise en scène du toujours franc Serge Denoncourt. L’auteur et ancien rédacteur en chef du défunt magazine mordant Croc, Pierre Huet, apportera son point de vue acéré, lucide et caustique à la script-édition.

On dévoilait mercredi les bases de cette production déjà courue, dont Juste pour rire aimerait faire un rendez-vous incontournable annuel. Tentés par le concept? Les billets pour les premières représentations déjà prévues du 16 au 25 janvier 2017 sont déjà en vente sur le site officiel de Juste pour rire ou à la billetterie du Théâtre St-Denis.

L’idée de Prédictions vient de Luce Rozon, du groupe Juste pour rire, qui ambitionnait depuis un moment de collaborer avec les quatre mousquetaires de La soirée est encore jeune. Coïncidence, le groupe caressait le projet de monter sur scène – envie qui n’a pas été altérée par l’échec de son numéro au dernier ComédiHa de Québec, où les troupes de La soirée… ont été généreusement huées. «C’était un mauvais texte pour le mauvais endroit», soutient Jean-Philippe Wauthier à propos de cet accroc au parcours jusque-là quasi sans faute de ses distingués collègues et lui.

Rapidement, Fabien Cloutier et Serge Denoncourt ont été invités à se joindre à l’aventure Prédictions. Jean-Philippe Wauthier, entre autres, tenait à tout prix à bosser avec Denoncourt, qu’il côtoie également sur le plateau des Dieux de la danse.

«C’est un match naturel, acquiesce Serge Denoncourt, qui dit ne pas être friand d’humour en général, mais qui flanche aux flèches de La soirée est encore jeune. Moi, j’aime assez cet humour cynique, caustique, où on ne parle pas toujours de notre blonde et de notre chum, mais de la société, du monde autour de nous.»

«Boys Club»

Les hommes – ils savent qu’ils vont être accusés de former un boys club et n’hésitent pas à s’en amuser – ont commencé à cogiter dès le mois d’août pour établir les thèmes de Prédictions, sur lesquels ils souhaitent demeurer discrets pour l’instant. Seul Fabien Cloutier consent à révéler qu’il abordera des notions comme la religion et la place de Dieu, l’environnement et l’obsolescence, «ces choses qui passent date et qui sont encore là, et ces idées dont on pourrait commencer à penser à se débarrasser en 2017», allègue-t-il. Les répétitions s’entameront dans quelques jours à peine.

«C’est une gang qui attaque, qui pointe, et j’aime ça aussi, rigole Fabien Cloutier, en parlant de ses potes de La soirée… Ça prend cette autodérision, cette capacité à rire de nous-mêmes et à être cinglants entre nous, pour se donner la même permission sur scène.»

Jean-Philippe Wauthier, de son côté, se voit comme un «passeur de puck», le «chef d’antenne» de ce bulletin de nouvelles grand format.

«On va implanter le ton en ouverture et voir ce qu’on peut aller chercher dans les différents segments, hasarde l’animateur. Ce ne sera pas des personnages, on n’est pas capables de jouer des personnages. On ne se dénaturera pas. On va rester nous-mêmes, mais avec une structure.»

«On est dans cette énergie-là, souligne Fabien Cloutier. On consomme de l’actualité, ça nous intéresse. Maintenant, on regarde comment on peut la dépasser, aller plus loin. À Juste pour rire, à une certaine époque, Serge Grenier faisait des bulletins de nouvelles du futur. Il avait entre autres prévu que Serge Grenier serait un jour premier ministre du Canada. Et tout le monde riait! Nous, on va peut-être même prévoir la mort de certaines personnes... Il y a toujours des in memoriam à chaque année, mais nous, on est capables de dire qui va mourir en 2017! (rires)»

Que les amateurs de La soirée est encore jeune et de l’authenticité de Fabien Cloutier soient rassurés : le style coup de poing qui a fait leur renommée sera à l’honneur, on ne tentera pas d’atténuer le propos pour devenir plus rassembleur.

«On est obligés, décrète Serge Denoncourt. Si on ne fait pas ça, on va se faire accuser de les avoir censurés. On aime mieux, sincèrement, qu’il y ait du chialage sur certaines blagues qu’on va faire que d’entendre qu’on les a censurés. Ce serait ridicule. En même temps, c’est leur public qui va venir voir leur spectacle, entre autres. On sait que ces gars-là ne font pas des blagues de Newfies! Donc moi ça ne m’inquiète pas du tout.»

«On vit bien avec les malaises et les controverses», ajoute Serge Denoncourt, sourire en coin aux lèvres.

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Le défilé des jumeaux à Juste pour rire (juillet 2016) Voyez les images