NOUVELLES
04/11/2016 04:39 EDT | Actualisé 05/11/2017 01:12 EDT

L'UE "extrêmement inquiète" après les arrestations de députés prokurdes en Turquie (Mogherini)

L'Union européenne est "extrêmement inquiète" après l'arrestation de dirigeants et députés prokurdes en Turquie, et a contacté Ankara à ce sujet, a déclaré vendredi la chef de la diplomatie de l'UE, Federica Mogherini.

"Extrêmement inquiets de l'arrestation" de Selahattin Demirtas et d'autres députés du parti prokurde HDP, "en contact avec les autorités", a indiqué Mme Mogherini dans un tweet, après le placement en garde à vue de plusieurs membres de la troisième force politique du pays.

Mme Mogherini a également fait état de la "convocation d'une réunion des ambassadeurs de l'UE à Ankara".

Selahattin Demirtas et Figen Yüksekdag, qui dirigent conjointement le Parti démocratique des peuples (HDP), principal parti prokurde en Turquie, ont été interpellés avec d'autres députés de leur formation.

Ces arrestations ont eu lieu dans le cadre d'une enquête "antiterroriste" liée au Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK), selon l'agence de presse progouvernementale Anadolu.

Elles surviennent dans un contexte de purges visant les opposants au gouvernement turc, à la faveur de l'état d'urgence instauré après la tentative manquée de renversement du président Recep Tayyip Erdogan imputée aux réseaux du prédicateur Fetullah Gülen.

"Ces développements ajoutent aux inquiétudes exprimées après que l'immunité de plus de 130 députés démocratiquement élus a été levée en mai de cette année", ont estimé Mme Mogherini et le Commissaire européen Johannes Hahn, chargé des relations avec les pays tiers, dans un communiqué commun.

"Ils compromettent la démocratie parlementaire en Turquie et exacerbent la situation déjà très tendue dans le sud-est du pays", ont-il ajouté, indiquant que l'UE considérait "comme légitimes les actions contre le PKK" à condition qu'elles ne menacent pas "les principes fondamentaux de la démocratie".

Les mesures controversées du gouvernement turc "mettent en question les bases d'une relation durable entre l'UE et la Turquie", a déclaré de son côté le Président du Parlement européen, Martin Schulz, dans un communiqué, rappelant que le pays était candidat à une entrée dans l'Union.

Quelques heures après le coup de filet contre le HDP, une attaque à la voiture piégée à proximité d'un bâtiment de la police à Diyarbakir (sud-est de la Turquie) a fait huit morts et plus de 100 blessés vendredi matin, selon les autorités. Le gouvernorat de Diyarbakir a pointé du doigt le PKK.

cds/zap/pt