NOUVELLES
04/11/2016 04:05 EDT | Actualisé 05/11/2017 01:12 EDT

Derbies en série - Arsenal-Tottenham: les robes rouges étaient "interdites", se souvient Mabbutt

Désormais âgé de 55 ans, dont 16 à Tottenham, l'ex-capitaine des Spurs Gary Mabbutt évoque pour l'AFP la ferveur du derby contre Arsenal et se souvient d'amis qui "interdisaient à leurs femmes de porter des robes rouges", la couleur du rival honni du nord de Londres.

De 1982 à 1998, l'ancien défenseur international a disputé plus de 600 matches avec les "Spurs".

Q: Que représente le derby pour vous?

R: "Quand le calendrier tombait, nous regardions toujours quand ces matches étaient. J'aimais jouer contre Arsenal. C'était excitant, grisant et c'était un match que vous vous deviez de gagner. Peu importe le reste de la saison... Si l'équipe était nulle, mais que vous battiez Arsenal, les fans vous pardonnaient. Beaucoup de familles, d'entreprises sont partagées. Quand vous perdiez, votre téléphone n'arrêtait pas de sonner et tout le monde vous reprochait d'avoir été battu. Mais quand vous gagniez, c'était l'inverse. J'ai des amis qui étaient fans de Tottenham, ils refusaient d'avoir quoi que ce soit de rouge dans leur maison. Ils refusaient d'avoir une voiture rouge, interdisaient à leurs femmes de porter des robes rouges."

Q: Avez-vous des souvenirs marquants de derby?

R: "Je me souviens du bus avant mon premier derby (en décembre 1982, NDLR). A l'approche du stade, ça devenait tellement hostile. On pouvait voir à quel point les fans étaient passionnés. Je me rappelle mes premiers pas à Highbury (l'ancien stade d'Arsenal, NDLR), l'ambiance était incroyable. Je ne crois pas qu'il y ait eu une seule pause dans les tribunes pendant tout le match. Mais nous avons perdu 2-0. Mon second match, c'est celui dont je me souviens le mieux. C'était à la maison en avril 1983. Je vivais avec ma copine et nous avions un lévrier afghan. Dans les vestiaires, deux heures avant le match, je reçois un appel, le chien s'est enfui! J'essayais de me préparer un pensant à ce pauvre chien. Et littéralement cinq minutes avant le coup d'envoi, ma copine appelle: elle avait retrouvé le chien! Je suis sorti des vestiaires, nous avons battu Arsenal 5-0. C'était un jour fantastique."

Q: Tottenham, avant l'arrivée d'Arsène Wenger à Arsenal, était considéré comme l'équipe la plus élégante. Cela doit faire mal qu'Arsenal ait repris ce flambeau...

R: "Arsenal a connu son succès dirigé par un Arsène Wenger qui jouait à la façon des Spurs! Je ne pourrai pas être plus élogieux envers Wenger. C'est un entraîneur fantastique. Avant c'était toujours +1-0 pour Arsenal+ ou le +Boring Arsenal+ (L'ennuyeux Arsenal). Mais Wenger est arrivé et ils ont commencé à jouer du bon foot. Le fait qu'ils aient eu autant de succès en jouant de la manière des Spurs, ça fait un peu mal. Mais c'est le football. Sur les dernières années, l'écart entre les deux équipes s'est réduit. C'est très serré maintenant. Avec les jeunes de notre équipe, il y a du potentiel maintenant. Je crois que nous pouvons nous battre pour le titre. Beaucoup de mes amis d'Arsenal sont inquiets que Tottenham pointe le bout de son nez..."

Propos recueillis par Tom Williams.

thw/mam/fbr/cd