NOUVELLES
04/11/2016 07:43 EDT | Actualisé 05/11/2017 01:12 EDT

50 ans après l'inondation historique de Florence, Renzi rend hommage aux "Anges de la boue"

Le chef du gouvernement italien Matteo Renzi a rendu hommage vendredi aux "Anges de la boue" de Florence, les 10.000 jeunes volontaires venus du monde entier pour sauver son inestimable patrimoine artistique lorsque le fleuve Arno quitta son lit le 4 novembre 1966.

"Votre optimisme et votre énergie nous incite à regarder l'avenir avec enthousiasme", a commenté Matteo Renzi, lors d'une réception en l'honneur de ces anciens volontaires, célébrés vendredi par la ville 50 ans plus tard.

"Il n'est pas un Florentin qui ne soit ému à l'évocation du désastre", a raconté peu avant l'anniversaire à l'AFP Antonina Bargellini, florentine de 72 ans dont le père n'était autre que le maire de la ville au moment de l'inondation historique de novembre 1966.

Antonina garde un souvenir vivace et poignant des heures et des jours qui suivirent, "du fleuve rugissant battant contre les portes", de son père appelé en urgence sur le célèbre Ponte Vecchio qui menaçait de s'écrouler.

L'eau et la boue entrent partout, jusqu'aux premiers étages des maisons mais aussi dans les églises, la bibliothèque centrale, les musées, provoquant des dommages immenses au patrimoine artistique de la ville, l'un des plus riches de la planète.

La désolation laisse place à un immense élan de générosité impliquant non seulement des Florentins mais aussi des volontaires, surtout des étudiants, qui affluent de toute la Péninsule et du monde entier. On les appellera "Les Anges de la boue" ("Gli Angeli del fango" en italien).

En cinquante ans, bon nombre des quelque 1.800 oeuvres d'art et des quatre millions de livres récupérés par les "Anges de la boue" ont retrouvé leur emplacement d'origine. Mais nombreuses sont les pièces qui, aujourd'hui encore, errent dans des dépôts en attendant une hypothétique restauration.

"La Dernière Cène", une toile géante (6 m × 2,61 m) signée Giorgio Vasari (1511-1574), avait notamment été engloutie dans l'inondation. Après dix ans d'une minutieuse restauration, elle devait retrouver sa place vendredi dans la Basilique Santa Croce.

fio-am/cm/abk