NOUVELLES
03/11/2016 07:18 EDT | Actualisé 04/11/2017 01:12 EDT

Yémen: Londres propose une résolution à l'ONU pour faire cesser les combats

Le Royaume-Uni a commencé à discuter avec certains de ses partenaires du Conseil de sécurité d'un projet de résolution exigeant une nouvelle trêve des combats au Yémen et la reprise de négociations sur la base du plan de paix proposé par l'ONU.

La "feuille de route" élaborée par le médiateur de l'ONU Ismaïl Ould Cheikh Ahmed pour mettre fin au conflit qui dure depuis 19 mois a pour l'instant été rejetée par le président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi, et les rebelles chiites Houthis qu'il combat avec le soutien de Ryad veulent la modifier en profondeur.

Le projet britannique, dont l'AFP a eu connaissance jeudi, exige que "toutes les parties au conflit" respectent de nouveau les termes d'un accord de cessation des hostilités conclu en avril mais qui avait ensuite été violé.

Le texte les invite aussi à reprendre "immédiatement" avec le médiateur de l'ONU "des consultations en vue d'un règlement politique, sans conditions préalables et de bonne foi (..) sur la base de la feuille de route".

Celle-ci prévoit des arrangements militaires pour le retrait des forces et le dépôt des armes lourdes ainsi que la nomination d'un nouveau vice-président et la formation d'un "gouvernement d'union nationale".

Le Royaume-Uni propose enfin au Conseil d'appeler les belligérants à respecter autant que possible leur obligation de préserver les civils en prenant "toutes les précautions possibles", à faciliter un "accès libre, sûr et rapide" pour l'aide humanitaire et à assurer un meilleur ravitaillement en nourriture, carburant et médicaments du pays, soumis à une blocus maritime.

Les belligérants devront aussi mener des "enquêtes complètes, transparentes et rapides" sur les exactions commises pendant ce conflit et s'efforcer d'en sanctionner les coupables.

La coalition militaire conduite par Ryad, qui mène une intense campagne de bombardements depuis mars 2015, a été accusée à plusieurs reprises de viser des objectifs civils. Elle a reconnu avoir commis une bavure en bombardant le 8 octobre une cérémonie funéraire à Sanaa.

Aucune date n'a été fixée pour un vote sur ce texte, qui pourrait être présenté à l'ensemble des 15 pays du Conseil d'ici la fin de la semaine, selon des diplomates.

Londres avait retardé plusieurs fois la présentation de son projet pour ne pas interférer avec la médiation de l'ONU.

Le président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi a rejeté en bloc le plan de paix onusien mais l'Arabie saoudite "s'efforce de le convaincre de l'accepter", a expliqué un diplomate. Il a estimé utile que le Conseil fasse pression en soutenant formellement ce plan.

Le médiateur de l'ONU était attendu jeudi à Sanaa, contrôlée par les Houthis, pour de nouvelles consultations.

avz/faa