NOUVELLES
03/11/2016 07:18 EDT | Actualisé 04/11/2017 01:12 EDT

Volkswagen commande une expertise sur son rôle sous la dictature au Brésil

Volkswagen a annoncé jeudi confier à un historien indépendant le soin d'examiner son rôle sous la dictature au Brésil (1964-85), avec laquelle le groupe automobile allemand est accusé d'avoir collaboré.

"Nous voulons faire la lumière sur la période sombre de la dictature militaire ainsi que sur le comportement des responsables de l'époque au Brésil et, le cas échéant, aussi en Allemagne", a déclaré dans un communiqué la directrice juridique du groupe, Christine Hohmann-Dennhardt.

La direction a pour cela choisi l'historien indépendant Christopher Kopper, professeur à l'Université de Bielefeld (nord).

"Nous allons établir le rôle de l'entreprise pendant la dictature militaire au Brésil avec la persévérance et la cohérence requises, de la même façon que nous l'avons fait de manière précoce et exhaustive pour des sujets comme le passé nazi et le recours au travail forcé", a affirmé Mme Hohmann-Dennhardt.

D'anciens travailleurs et militants ont déposé en septembre 2015 une plainte au Brésil dans laquelle ils reprochent à Volkswagen d'avoir permis des persécutions et la torture de travailleurs opposants au régime militaire.

D'après l'accusation, 12 travailleurs ont été arrêtés et torturés à l'époque dans l'usine Volkswagen de Sao Bernardo do Campo, une ville de la banlieue de Sao Paulo (est). L'entreprise est également accusée d'avoir dressé des "listes noires" d'opposants à la dictature.

Dans le même communiqué, le groupe allemand a souligné chercher activement un nouveau directeur pour sa division de communication historique, après que le récent départ de son chef historien a fait couler beaucoup d'encre en Allemagne.

esp/maj/bds

VOLKSWAGEN