NOUVELLES
03/11/2016 18:24 EDT | Actualisé 04/11/2017 01:12 EDT

Scandale en Corée du Sud: la présidente accepte d'être entendue par le parquet

La présidente sud-coréenne Park Geun-Hye a accepté vendredi d'être entendue par le parquet dans le cadre d'une enquête sur un retentissant scandale politique tout en reconnaissant sa responsabilité dans cette affaire qui n'en finit pas de faire des vagues.

Dans son deuxième discours à la nation en 10 jours, Mme Park a reconnu sa responsabilité dans le scandale qui implique son ancienne confidente, soupçonnée de fraude et de s'être mêlée des affaires de l'Etat.

"En cas de besoin, je suis prête à répondre avec sincérité aux enquêtes des procureurs", a déclaré Mme Park dans son allocution télévisée.

"Ces derniers développements sont tous de ma faute, ils ont été provoqués par ma négligence", a-t-elle dit, expliquant qu'elle avait "baissé la garde" face à son ancienne confidente.

Choi Soon-Sil, 60 ans, avait été placée en garde à vue après son retour lundi d'Allemagne, où elle avait fui en septembre. Un tribunal de Séoul a formellement accepté jeudi de lancer un mandat d'arrêt contre cette amie de 40 ans de la présidente, pour fraude et abus de pouvoir.

Surnommée "Raspoutine" par les médias, Mme Choi est soupçonnée d'avoir eu son mot à dire sur les discours présidentiels, d'avoir eu accès à des documents confidentiels et d'avoir profité de son entregent pour son enrichissement personnel.

jhw-gh/ev/gde