NOUVELLES
03/11/2016 03:58 EDT | Actualisé 04/11/2017 01:12 EDT

Nagelsmann, l'entraîneur de 29 ans qui défie Ancelotti

A 29 ans, Julian Nagelsmann est le plus jeune entraîneur d'un grand championnat européen, et s'apprête à défier samedi le maître Carlo Ancelotti à Munich, où son équipe d'Hoffenheim se déplace pour affronter le grand Bayern.

"C'est la meilleure équipe du championnat, mais nous allons réussir contre elle", assure Nagelsmann, qui a hissé son club, toujours invaincu après neuf journées, à la 3e place de la Bundesliga avec quatre points de retard seulement sur l'ogre bavarois.

"Préparer un match contre la meilleure équipe allemande est compliqué", admet le jeune homme, dont la nomination en février dernier, à l'âge de 28 ans, avait suscité scepticisme et sourires entendus. "Mais d'un autre côté, le monde du football allemand n'attend pas grand chose de nous, ce qui peut être bénéfique psychologiquement. Nous n'allons pas à Munich pour regarder le tableau d'affichage et nous faire massacrer".

"C'est une idée folle", "Un gag de public relation", avaient pourtant titré des journaux lorsque Nagelsmann avait été bombardé à la tête de l'équipe première d'Hoffenheim, avec pour seul palmarès un titre de champion d'Allemagne comme entraîneur des moins de 19 ans du club de cette petite localité de l'ouest du pays.

Mais il y avait urgence. Son prédécesseur Huub Stevens avait dû céder sa place à cause de problèmes cardiaques, à un moment où l'équipe occupait la 17e et avant-dernière place du classement. Après avoir évité la relégation l'an dernier, Hoffenheim est désormais l'une des équipes surprises de ce début de saison.

Ancien défenseur à la stature imposante (1,90 m), gravement blessé au genou à l'âge de 20 ans et obligé de renoncer à une carrière professionnelle, Nagelsmann doit beaucoup à Thomas Tuchel, l'actuel coach de Dortmund. Alors qu'il entraînait des équipes de jeunes à Augsbourg, Tuchel avait vu son potentiel et l'avait envoyé espionner les équipes adverses avant de le prendre comme assistant.

- "Mini Mourinho"-

Comme Tuchel, Nagelsmann est un adepte du pressing très haut et d'un jeu de transition ultra-rapide, très prisé en Allemagne. La confrontation avec le Bayern samedi sera l'occasion de tester la méthode contre l'un des meilleurs milieux de terrain du monde.

"Je suis reconnaissant à Tuchel de m'avoir donné l'idée de devenir entraîneur", dit Nagelsmann, qui semble avoir suffisamment de sang-froid pour ne pas souffrir des inconvénients de son jeune âge.

Fin octobre, alors qu'Hoffenheim menait 3-0 contre Leverkusen, le coach du Bayer Roger Schmidt a dégoupillé et lui a lancé un chapelet de grossièretés sur la ligne de touche, en criant en fin de tirade: "Tu crois que tu as inventé le foot ?". Pas le genre de phrase que l'on peut hurler à la tête de Carlo Ancelotti, par exemple...

Le jeune entraîneur est resté de marbre.

Il n'a certes pas inventé le football, mais trouvé une formule qui marche. Après son titre de champion d'Allemagne avec les U19, le Bayern Munich avait d'ailleurs tenté de le recruter comme coach pour ses équipes de jeunes. Nagelsmann a refusé. Bien lui en a pris. Car le voilà maintenant qui traite avec Ancelotti d'égal à égal !

Evidemment, Nagelsmann n'échappe pas aux comparaisons avec Jose Mourinho, qui a commencé sa carrière de coach comme jeune trentenaire. Le mécène d'Hoffenheim, le milliardaire allemand Dietmar Hopp, s'interroge d'ailleurs déjà sur sa capacité à retenir le jeune prodige au club près la fin de son contrat en 2019: "Il a l'air d'avoir un tel talent d'entraîneur, qu'un jour viendra où Hoffenheim sera trop petit pour lui", dit le fondateur de la société d'informatique SAP qui, à 76 ans, en connaît un rayon en matière de succès et de réussite.

ryj-cpb/chc