NOUVELLES
03/11/2016 13:20 EDT | Actualisé 04/11/2017 01:12 EDT

Les ventes de logements de la région de Toronto atteignent un niveau record

TORONTO — Le marché immobilier de la grande région de Toronto n'a pas donné de signe d'essoufflement le mois dernier, les ventes de maisons ayant atteint un niveau record pendant que les prix continuaient de grimper, a indiqué jeudi la chambre immobilière de Toronto.

Pas moins de 9768 propriétés ont été vendues en octobre, soit 11,5 pour cent de plus qu'au même mois l'an dernier, selon les dernières données de la chambre immobilière.

Le prix moyen pour tous les genres de maisons vendues a pour sa part atteint 762 975 $, ce qui représente une croissance de 21,1 pour cent par rapport à l'an dernier.

«Nous ne voyons aucun signe de ralentissement pour l'instant», a observé Shawn Zigelstein, un représentant de la firme Royal LePage.

Le très bas niveau des taux d'intérêt a encouragé un grand nombre d'acheteurs à se lancer sur le marché immobilier et à se disputer le nombre limité de maisons inscrites à la vente, a expliqué M. Zigelstein.

Même si le nombre de nouvelles inscriptions a progressé le mois dernier à 13 377 — une croissance de 0,9 pour cent par rapport au mois d'octobre de l'an dernier — cette augmentation n'était pas assez importante pour contrebalancer la hausse du volume des ventes, selon le directeur de l'analyse du marché de la chambre immobilière de Toronto, Jason Mercer.

Cela a fait grimper la concurrence sur le marché, a noté M. Zigelstein.

«Nous sommes aux prises avec un groupe d'acheteurs refoulés qui attendent, et attendent, et attendent», a noté M. Zigelstein. 

«En ce moment, nous avons une liste de telles gens. Et essentiellement, aussitôt que quelque chose se présente dans un secteur, ils se disent "D'accord, allons-y! Nous sommes prêts! Nous devons acheter cette maison".»

La croissance des ventes et des prix survient alors que le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, a annoncé le mois dernier un resserrement des règles entourant les prêteurs hypothécaires et les acheteurs étrangers. Il espère ainsi pouvoir stabiliser les marchés immobiliers en surchauffe, comme ceux de Vancouver et de Toronto.

«Alors que nous avancerons dans les mois de novembre et de décembre, nous observerons la tendance des ventes et des inscriptions à la vente, à la lumière des récents changements de politiques», a indiqué dans une déclaration le président de la chambre immobilière de Toronto, Larry Cerqua.

Les ventes records de Toronto offrent un contraste saisissant avec la situation à Vancouver, où les ventes de logements ont chuté de 38,8 pour cent le mois dernier par rapport à l'an dernier, selon les données de la chambre immobilière du Grand Vancouver.

L'indice composé des prix des propriétés résidentielles de la région métropolitaine de Vancouver s'est établi à 919 300 $ le mois dernier, en baisse de 0,8 pour cent par rapport au mois de septembre.

En août, le gouvernement de la Colombie-Britannique a introduit une taxe de 15 pour cent destinée aux acheteurs étrangers qui achètent des propriétés résidentielles dans la région de Vancouver.