POLITIQUE
03/11/2016 10:48 EDT | Actualisé 03/11/2016 11:11 EDT

La libération de Raïf Badawi serait une «preuve du respect» envers le Canada, selon Irwin Cotler

OTTAWA – La libération de Raïf Badawi serait une « preuve du respect » de l’Arabie saoudite envers le Canada, selon l’ancien ministre libéral Irwin Cotler, qui agit maintenant comme conseiller juridique auprès du blogueur saoudien.

Dans un billet publié sur le site du Huffington Post Québec, M. Cotler écrit que l’argument des fonctionnaires saoudiens - qui prétendent que le Canada ne peut pas intervenir en son nom parce qu’il n’est pas citoyen – ne tient pas la route.

« J’ai représenté depuis 40 ans des prisonniers politiques (…) et c'est la première fois qu’un pays conteste mon droit - et celui du Canada - de faire des représentations au nom d'un prisonnier politique parce que ce prisonnier politique n'est pas citoyen canadien », dit-il.

Selon l’expert en droit international, M. Badawi n’a pas eu droit à un procès équitable et le jugement rendu est contraire à la loi islamique en vigueur dans le pays, ainsi qu’aux normes nationales et internationales. « Il devient donc nul et non avenu », dit-il.

Qui plus est, la torture et l’emprisonnement de M. Badawi constituent « une violation des responsabilités de l’Arabie saoudite en tant que membre du Conseil des droits de l’homme de l’ONU », poursuit M. Cotler.

L’ambassadeur de l’Arabie saoudite au Canada a récemment laissé entendre, en entrevue avec le Hill Times, qu’il avait refusé une demande du ministre des Affaires étrangères, Stéphane Dion, pour laisser M. Badawi rejoindre sa famille au Canada.

Mais le ministre Dion entend tout de même demander la clémence de la part du roi d’Arabie saoudite pour que le blogueur soit réuni avec son épouse, Ensaf Haider, et leurs trois enfants qui vivent à Sherbrooke.

LIRE AUSSI

>L'Arabie saoudite doit libérer Raif Badawi à plus d'un titre - Irwin Cotler

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Qui est Raif Badawi? Voyez les images