NOUVELLES
03/11/2016 10:04 EDT | Actualisé 04/11/2017 01:12 EDT

La paix en Irlande du Nord, "inspiration" pour la Colombie (Santos)

Le président colombien Juan Manuel Santos a affirmé jeudi à Belfast considérer la paix en Irlande du Nord comme une "source d'inspiration", exhortant ses compatriotes à "faire la même chose" que les Nord-irlandais.

"Votre ténacité et votre persévérance dans la recherche de la paix ont été un exemple et une source d'inspiration pour nous", a déclaré le chef d'Etat au troisième et dernier jour de sa visite officielle au Royaume-Uni.

"Je voudrais dire au peuple de Colombie: regardez ce qu'il s'est passé à Belfast, nous pouvons faire la même chose", a-t-il lancé dans un discours prononcé au Titanic Belfast, le musée dédié au célèbre paquebot qui fut construit dans la ville.

Bien qu'auréolé du prix Nobel de la Paix, M. Santos traverse une passe difficile: le chef d'Etat doit trouver une issue à la crise politique qui secoue la Colombie depuis que l'accord de paix historique signé avec les Farc -- mettant fin à 52 ans d'un conflit qui a fait 260.000 morts -- a été rejeté par référendum le 2 octobre.

Il a annoncé dimanche vouloir conclure un nouvel accord avec la guérilla "avant Noël", afin d'éviter que le processus de paix n'"explose".

"Notre conflit a duré longtemps et beaucoup n'y voyaient pas d'issue (...). La Colombie est immense (par rapport à l'Irlande du Nord, NDLR), et ce sera plus difficile. Mais le processus de paix en Colombie est bien avancé et il y a de fortes chances qu'il aboutisse", a souligné de son côté le vice-Premier ministre d'Irlande du Nord, Martin McGuinness.

A l'inverse des Colombiens, les Nord-Irlandais avaient approuvé massivement (71%) l'"Accord du Vendredi Saint" conclu en 1998 pour mettre fin aux "Troubles" entre partisans de l'union avec le Royaume-Uni et nationalistes aspirant à l'union avec l'Irlande, qui ont fait près de 3.600 morts.

Le président Santos a entamé mardi sa visite au Royaume-Uni. A Londres, il s'est notamment entretenu avec la Reine Elizabeth II mardi et la Première ministre Theresa May mercredi.

al-rba/eg/mr

SANTOS LTD