NOUVELLES
03/11/2016 04:56 EDT | Actualisé 04/11/2017 01:12 EDT

La France demande la réouverture des bureaux d'Amnesty à Moscou

La France a demandé la réouverture des locaux de l'ONG de défense des droits de l'Homme Amnesty International à Moscou, fermés sur ordre des autorités russes, a annoncé jeudi le ministère français des Affaires étrangères.

"La France est préoccupée par la mise sous scellés du bureau d'Amnesty International à Moscou le 2 novembre", a déclaré le porte-parole du Quai d'Orsay, Romain Nadal, dans un communiqué.

"Elle appelle les autorités russes à s'assurer qu'Amnesty International, ainsi que les autres organisations internationales de défense des droits de l'Homme, puissent poursuivre leurs activités", a-t-il ajouté.

Les locaux d'Amnesty ont été fermés mercredi par les autorités, la ville de Moscou, propriétaire des lieux, invoquant des "arriérés de loyers".

Les employés se sont retrouvés devant des scellés en arrivant le matin sans en avoir été avertis préalablement, selon l'ONG qui occupe les locaux depuis 20 ans. Les serrures avaient été changées et l'électricité coupée.

Les ONG de Russie sont soumises à un contrôle de plus en plus strict des autorités. Depuis 2012, une loi oblige celles recevant un financement de l'étranger et ayant une "activité politique", une formulation particulièrement floue, à s'enregistrer en tant qu'"agents de l'étranger".

Depuis mai, une nouvelle loi vise les organisations internationales : elle permet de bloquer les comptes bancaires ou de fermer sans décision de justice une organisation étrangère considérée comme une menace pour la "sécurité nationale".

vl/dab/prh